Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 658 mars.




Villes/Nice/AG/CR/461 mars

De NuitDebout
< Villes‎ | Nice
Aller à : navigation, rechercher

CR AG 4 Juin 2017 (461 Mars)[modifier | modifier le wikicode]

Présents : Florence A, Michele, Lujin, Florence B, Ayça, Patrice, Hervé, Jean-Luc, Chantal, Félicie, Betty

Réflexions autour des propositions de Jérémy[modifier | modifier le wikicode]

Objet de Nuit Debout Nice : Réappropriation de quoi ?[modifier | modifier le wikicode]

Réappropriation de la Place publique + des esprits + des corps.

Proposition : Florence B : Il faut trouver des actions créatives et ne pas rester stationné sur la Place Garibaldi. Transporter NDN à l’intérieur de la ville. NDN ne se réduit pas à Garibaldi, l’occupation de cette place-là n’est pas une nécessité. L’important c’est la réappropriation de la place publique.
Par exemple : 1er dimanche Garibaldi, 2ème dimanche à l’Ariane.

Pas fait refusé : proposition suspendue, n’est pas acceptée à l’unanimité

Réappropriation comment ?[modifier | modifier le wikicode]

Le terme « réappropriation » n’est pas suffisamment explicite. Réappropriation comment ? commerciale ? (Cafés-terrasses), sportive ? (Jeunes jouant au ballon), citoyenne ? (Personnes n’ayant pas le droit de vote sont-elles citoyennes ?). « Réappropriation habitante » ? à qualifier.

Il faut trouver un moyen de le politiser. Ré-politisation de l’espace publique ? Le mot occupation semble aussi être important mais l’acte en soi amène des problèmes.

Témoignage de Betty & Florence : on a demandé l’accord de NDN pour faire une manif à Garibaldi. Or nous ne revendiquons pas la propriété de l’espace.

Au fait, « nous », c’est quoi ?[modifier | modifier le wikicode]

Nuit Debout peut rester attachée à l’idée de l’occupation de la place publique sans qu’elle désigne un mouvement avec des contours idéologiques bien définis. Sur la place (ou ailleurs) les initiatives individuelles possibles, si les initiatives sont collectives leurs modalités vont être définies par celles et ceux qui s’y adhérent.

A quelle ligne idéologique appartenons-nous ? Dans le flyer, lorsqu’on définit NDN, faut-il dire « NDN est un mouvement féministe, antiraciste (…) » ? Ayça est contre : essayer de définir un nous ramène forcement à une scission entre « nous » et « eux », et légitime l’absence de communication. En plus, c’est issu du paternalisme du gauche, on ne peut pas inculquer les valeurs de la gauche (comme si elles sont bien claires) aux « dépolitisié-e-s ». Répolitisation ne veut pas dire je sais ce qui est la bonne politique et tu dois la faire tienne. C’est proposer des arguments forts pour que les personnes les intègrent elles-mêmes, si elles sont convaincues. NDN peut rester un espace ouvert à tout le monde, peu importe sa position sur l’échiquier politique/social/économique. Elle est un dispositif spatio-temporel de l’occupation sauvage ouverte à tout le monde pour favoriser la discussion et confrontation des idées sans qu’on définisse a priori quels genres d’idées sont « bonnes » pour l’ensemble de la société. Les personnes qui voudraient soutenir une position peuvent le faire personnellement au sein de NDN mais NDN en tant que mouvement n’a pas vocation à se faire attribuer une ligne idéologique. NDN comme tiers-lieu ?

Et l'inclusion (Ayça : j'insiste sur l'inclusivité cf. gouvernance inclusive) d’une telle ouverture est un gros risque (notamment effets rhétoriques mais et aussi notre propre incapacité, manque d’expérience à déterminer les idées discriminatrices sinueuses) mais :

  1. si on joue le rationnel et estime le coût et l’avantage, qu’est-ce qu’on peut perdre ?
  2. Cette confrontation va nous rendre plus fort-e-s dans le débat et dans la confrontation des idées
  3. nous pouvons enfin sortir du rejet de l’autre puisqu’il ne pense pas comme nous et nous pouvons discuter pratiquement sur place. Il faut cultiver l’ouverture de l’esprit pour les différences, notamment chez celleux qui sont de droite, c’est eux qui rejettent ce qui est différent. Il nous faut peut-être nous adresser notamment à ces gens-là ?
  4. (ajout de Roman qui n'était pas là) quelle peut être la valeur d'une idée que nous avons et dont nous sommes incapables d'expliquer pourquoi nous l'avons, y compris à nous-mêmes ? Si nous sommes incapables d'expliquer en quoi des idées sont discriminatoires, ni même en quoi la discrimination est un problème, alors nous serons incapables de convaincre qui que ce soit et notre pensée sera bancale pour nous-mêmes (fut-elle de gauche).

Plan d’Activités[modifier | modifier le wikicode]

(activité, est-il un mot trop dépolitisé ?) [Agora-Atelier-Actions de mise en réseau- Création des supports (COMM ?)]

Proposition : Flo B : prendre 3 mois pour expérimenter différentes modalités d’actions sans avoir décidé sur quelque chose définitivement.

Pas fait refusé : nous ne sommes pas suffisamment nombreuses/nombreux ni assez matures

Agora :[modifier | modifier le wikicode]

(c’est une action extravertie J) On ne le fait pas depuis un bon moment. Il faut les relancer ?

Les conditions pour la relance des agoras :

  1. Quelqu'un doit se charger d’apporter les matériaux (sono, tableau, feutres)
  2. il nous faut minimum 4 bénévoles :
    1. animatrice ou animateur qui va également être en charge de la distribution des paroles
    2. quelqu’un qui va faire l’accueil pour informer les nouvelles/nouveaux arrivant-e-s et pour s’occuper des personnes « perturbatrices »
    3. quelqu’un pour prendre des notes pour le CR
    4. quelqu’un pour la cantine ( Agora=vendredi ?)
  3. il faut au plus vite préparer un panneau ou des flyers qui explique les signes/gestes & les conventions. Il nous faudra également définir les conventions (interdiction de l’appel au meurtre, discrimination, non-violence ?)

Objectif de l’Agora ? sorte de psychanalyse publique ? partage à « je ne suis pas seul-e » ; convivialité à encourager la lecture des poèmes, slamme.

Ateliers :[modifier | modifier le wikicode]

Les ateliers thématiques tiennent mais il faut voir les sondages. Trois types d’ateliers (atelier collectif- atelier participatif- atelier traditionnel) sont ok mais qui va déterminer le type de l’atelier ? La personne qui propose le sujet peut-elle décider seule si elle prévoit un atelier collectif ? Il faut trouver un moyen d’intégrer le choix de l’une de ses trois options dans le sondage ?

Comment diffuser le sondage en dehors de NDN ? Il doit être accompagné par un petit texte d’explication qui clarifie les démarches.

Actions de mise en réseau :[modifier | modifier le wikicode]

Question de Florence : Transporte-t-on la banderole de NDN et les GarRis dans d’autres manifestations ? Si oui, il y a deux écueils :

  1. personnification du mouvement (la personne qui le fait le plus souvent devient une sorte de représentant-e privilégié-e ou de porte-parole de NDN)
  2. On renforce l’idée selon laquelle NDN aurait une identité/idéologie/ bien définie par rapport à d’autres mouvements. Est-il souhaitable ?

La mise en réseau, telle qu’elle est aujourd’hui, est-elle une illusion ? Betty conteste : chacun-e d’entre nous ont des relations avec d’autres assoc/personnages mais à NDN on en parle pas. Qu’est-ce qu’on ramène ici et à quoi ça nous sert ? Qu’est-ce qu’on peut partager avec d’autres groupes ?

Pour savoir ça, on a besoin de définir ce que « Nous » sommes ? (cf. "Au fait, « nous », c’est quoi ?" plus haut)

Autres[modifier | modifier le wikicode]

  • Retour de la discussion avec Alan de ND Paris, Betty, Pour les GarRi, il a donné 10 euros, au lieu de 12.
  • Les gestes sont-ils infantilisants ? (Discussion avec les propriétaires de la Briqueterie & Ayça). Comment cultiver l’enfance en nous ? être enfantin n’est pas une mauvaise chose ! Il y a des jeux coopératifs (Flo B.), accessibles en-lignes. On peut les pratiquer sur place.
  • Mardi, demander à Jérémy s’il a vu avec Falabrak sur l’entretien avec la cantine.