Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 657 mars.




Villes/Nice/AG/CR/538 Mars

De NuitDebout
< Villes‎ | Nice
Aller à : navigation, rechercher

CR du 20 août 2017 NDN (538 Mars)[modifier | modifier le wikicode]

Présents : Florence O., Florence, Betty, Patrice, Ayça, Mathieu, Roman, Michèle, Chantal

Décisions[modifier | modifier le wikicode]

Gouvernance 
  • Annonce de l'atelier du samedi et du GarRi das le flyer => proposition suspendue
  • Accepter les gens d'extrême droite dans les ateliers et agora (on ne parle pas de l'orga) à partir du moment où ils respectent les conventions, et qu'ils sont là pour échanger, argumenter et pas simplement déverser de la haine => proposition suspendue.
  • Changer notre nom et ne plus nous appeler Nuit Debout Nice, pour enlever le poids que nous fait peser cet héritage => proposition suspendue.
Opérationnel 
  • Atelier thématique du mercredi :
  • On garde la non-violence comme thème
  • Pour mercredi prochain le sujet sera : un atelier hors thème sur l'université populaire (suite de mercredi dernier).
  • Rotation des tâches :
  • pour annoncer des événements NDN sur facebook et email cette semaine : Roman.
  • pour le fait de mettre le CR d'AG du framapad sur le wiki : Roman.

Détails[modifier | modifier le wikicode]

[1] Gouvernance[modifier | modifier le wikicode]

Questions suspendues précédemment[modifier | modifier le wikicode]

Annonce de l'atelier du samedi et du GarRi das le flyer (Proposition de formulation par Ayça après avoir parlé avec Alessio)[modifier | modifier le wikicode]

=> Pas de proposition d'Ayça sur ça. Proposition suspendue pour le moment.

La peste rouge-brune et le fait de changer de nom[modifier | modifier le wikicode]

Est-ce qu'à NDN nous acceptons les gens qui seraient rouge-bruns (ou même complètement bruns) dans les ateliers et agora ?
Roman : Je propose qu'on les accepte à partir du moment où ils respectent les conventions, et qu'ils sont là pour échanger, argumenter et pas simplement déverser de la haine.

  • Si des gens d'extrême droite viennent à NDN (et c'est déjà arrivé), on aura une discussion houleuse et ça nous aidera tous à avoir les idées plus claires. En revanche c'est différent pour ce qui est des co-responsables. On les accepte par "inclusivité", quand tout le monde est ok pour l'inclusion.
  • Betty : je vois mal, y compris techniquement, comment on peut trier les gens qui vont participer à un atelier étant donné qu'il a lieu sur une place publique.
  • Mathieu : Je suis de gauche, je veux bien être pour l'ouverture, mais je ne peux pas supporter quelqu'un de fasciste qui raconte des choses horribles.
    • Betty il faut quand même faire la différence entre les personnes et les idées. On peut ne pas apprécier des personnes, mais pour les idées on les met en débat
      • Florence : On a des exemples : JC et Michel sont racistes, et pourtant on les laisse s'exprimer en leur disant stop quand ils dépassent les bornes
    • Roman : on pourrait établir une liste de choses qu'à NDN on n'a pas le droit de dire, en atelier ou agora. Par exemple l'appel au meurtre, l'apologie de Soral ? L'apologie de Chouard ? etc.
      • Betty : la liste serait infinie. On a déjà un cadre légal qui interdit l'appel au meurtre, l'appel à la violence, la discrimination etc.
      • Mathieu : plutôt qu'une liste, on peut avoir une éthique qu'on doit respecter. Par exemple quand on voit Le Pen qui dit que les camps sont un détail de l'historie, c'est pas acceptable. JC par exemple qui est raciste, quand il vient on l'accepte, et si il va trop loin on lui dit stop, quand il ne respecte pas l'éthique on lui dit non.
        • Roman : Mais alors si deux personnes sont en désaccord sur l'utilisation de cette éthique. Par exemple dire que Chouard est un mec bien sera acceptable pour certains, et inacceptable pour d'autres.
  • Ayça : moi même je me pose des questions sur mon propre positionnement. Mais je ne pense pas que les étiquettes soient importantes. Ce qui compte c'est d'apprendre à vivre ensemble, gérer les problèmes, et aujourd'hui à NDN, ce vivre ensemble ne fonctionne pas.
=> proposition suspendue

Ayça : j'en suis à un point où je ne vois plus l'intérêt de continuer comme ça, cette discorde nous déchire. Nuit debout dans cet état me semble déplorable. Avec tous ces problèmes je ne vois plus de légitimité pour nous d'avoir encore le nom Nuit Debout. On peut continuer les ateliers thématiques sur la place, les agora etc. mais en changeant de nom, et tant pis si ça nous enlève une visibilité sur facebook ou autre.

  • Florence : pour l'instant je ne vois pas l'intérêt de changer de nom, ce qu'on fait est dans la lignée historique de Nuit Debout Nice. Il y a des villes aussi qui ont changé de nom avec des arguments valables...
    En plus on perdrait toutes nos connaissance, mailing-list facebook etc
  • Betty : Si ce que tu veux dire que tu mets derrière Nuit Debout ce conflit avec Alessio effectivement on peut le mettre à la poubelle. Dans l'absolu je ne suis pas attachée au nom lui-même.
  • Mathieu : je trouve que Nuit Debout Nice c'est un nom qui nous reflète bien, c'est un emblème. Je ne vois pas l'intérêt d'en changer. On n'est pas que des amis ici, on est des camarades de lutte, et il faudrait recadrer la chose là-dessus. Il faut prendre des moments où chacun amène ses idées de lutte où on est vraiment un collectif combatif. L'éduc pop c'est bien mais il faut aussi développer l'aspect lutte politique.
    Il ne faut pas renier notre héritage si on veut lutter efficacement.
  • Roman : donc si Alessio est philosophe, on doit remettre en question notre activité, là où quand n'importe quel personne bourrée vient nous déranger on fait avec ?
    • Ayça : Oui mais les personnes bourrées ne nous persécutent pas sur tous les réseaux avec autant d'insistance.
    • Betty : A un moment on a aussi une responsabilité si un tel problème nous arrive avec Alessio. Ce n'est pas seulement sa personne le problème.
      • Mathieu : A un moment donné on a tout essayé pour faire revenir. Pas moyen. Nous on est un collectif. On accepte Alessio comme il est si il veut venir, mais on ne peut pas passer tout notre temps à parler de lui.
  • Florence : on peut écrire un texte collectif pour répondre aux accusations d'Alessio, mais sinon je ne vois pas pourquoi on ne continuerait pas ce qu'on fait...
  • Ayça : si on change de nom au moins Alessio ne nous reprochera plus de ne pas bien remplir le rôle de ce qu'on prétend remplir.
    • Roman : dans ce cas j'ai une proposition : on pourrait dire que "nous" ne sommes pas Nuit Debout Nice, mais que nous sommes simplement une de ses commissions. D'autres commissions (dont celle d'Alessio) peuvent émerger et être tout autant des commissions issues de Nuit Debout Nice.
      • Florence : est-ce que ça changerait quelque chose ? On ne pourrait plus faire d'action ? De convergence des luttes ?
        • Roman : Non on pourra toujours tout faire en tant que ce que nous sommes  : notre "commission" issue de NDN. Par contre on ne pourra pas parler en tant que NDN.
      • Ayça et Betty : même en étant une commission, si on s'appelle toujours Nuit Debout les gens auront des attentes vis-à-vis de nous (faire de la lutte politique pour faire avancer les choses pour la société etc.). Soit on coupe le cordon soit on le garde.
  • Florence : c'est quand même avec ce problème d'Alessio qu'on commence à envisager de changer de nom, ça poudrait dire qu'on le laisse nous imposer ça.
    • Ayça : ce n'est pas seulement Alessio le problème, c'est la manière dont le groupe a fait émerger un tel problème.
  • Mathieu : nous on est intègres, on le sait. On n'a pas besoin de changer de nom pour continuer.
    • Ayça : rien ne changerait, c'est juste que nous ne ferions plus partie d'une structure existante malgré nous, une historie etc. Nous repartirions de zéro en décidant de ce qu'on fait.
  • Florence (l'autre) : tous ces points de vues sont compréhensibles (d'un côté ceux qui veulent faire des choses éphémères, changer de nom tout le temps, être partout etc., et de l'autre ceux qui s'inscrivent dans une historicisation, quelque chose qu'ils ont vécu, un événement au sens de Badiou). Peut être qu'on peut mettre nuit debout en suspend pendant un temps, faire autre chose, et ensuite si jamais on a vraiment besoin de nuit debout on reprendra. Rester bloqué sur un conflit qui nous empoisonne (Alessio) n'est pas bon.
    • Roman : ok pour cette option. La question est : est-ce qu'on pourra récupérer NDN plus tard si l'autre option temporaire ne nous convient pas ou est-ce qu'Alessio se le sera approprié au travers de la page facebook, de la mailing list etc.
  • Betty : Nuit Debout ce n'est pas quelque chose de réel. Ce qui l'est c'est les gens qui sont là. Et Nuit Debout d'aujourd'hui n'est pas le même que celui du début.
  • Florence (l'autre) : Alessio a un comportement destructeur (tout sympa qu'il puisse être). Il ne lâchera pas Nuit Debout, c'est pour lui la seule liane qui le raccroche à quelque chose. Il faut abandonner tout ça et continuer de notre côté. Le mouvement social, quand il repartira, on repartira aussi avec lui, mais en attendant on n'a pas besoin de Nuit Debout.
    • Mathieu : ce qui s'est passé n'est pas seulement historique, c'est idéologique. Il nous faut un atelier où on fait des choses concrètes de convergence des luttes.
=> proposition suspendue

[2] Opérationnel[modifier | modifier le wikicode]

Les événements précédents[modifier | modifier le wikicode]

NDN sur la place 
  • Mercredi (16 août) : atelier thématique et réflexif sur l'université populaire
  • Vendredi 18  :Cantine poétique
  • Samedi : atelier "armes théoriques

Les événements prochains[modifier | modifier le wikicode]

NDN sur la place 
  • Lundi 21 :Atelier sur une vidéo Rémi Fraisse

Rotations des tâches[modifier | modifier le wikicode]

  • Pour annoncer des événements NDN sur facebook et email cette semaine : Roman va le faire.
  • Pour le fait de mettre le CR d'AG du framapad sur le wiki : Roman le fait.

Ateliers thématiques[modifier | modifier le wikicode]

Thème courant 
non-violence. On le garde toujours ? Pour le moment oui.
Sujet de mercredi prochain (23 août) 
On continue sur l'université populaire (hors thème).
Sujets prochains probables
  • Poursuite de la réflexion sur université populaire ?
  • Roman propose un atelier autour du livre "Théorie de la violence" de Georges Labica.
  • Les questions de violence conjugale proposé par Betty.
    • On oppose souvent l'individuel et collectif
    • La psychanalyse telle qu'elle traite la question, y compris la question du groupe traitée de manière psychanalytique.
    • Topo sur le colloque qui portait sur "Le couple, une obsolescence programmée ?"
    • Betty propose de réfléchir sur ces problématique et de les traiter dans de possibles ateliers (dates à définir)
  • Anne-Marie propose un atelier sur le thème : "philosopher et philosophe", et "humain et humaniste", l'atelier serait hors thème (date à définir)
  • On pourrait faire des ateliers sous forme de jeu de rôle, théâtre forum etc..
  • Le sujet de la violence interne au sein de NDN
  • Mathieu : comparaison entre le déisme, les agnostiques, les naturalistes, les darwinistes, les déterministes
Idées de thème pour les mois prochains 
  • l'origine (ou le sens) de la vie
  • la propriété
  • la révolution
  • les mouvements sociaux
  • l'être humain
  • Quelle société veut-on ? (travail prémarché par Educ Pop Paris qu'on peut réutiliser)

[3] Concertation/élaboration, discussion informelle[modifier | modifier le wikicode]

Questions suspendues précédemment (pas abordé)[modifier | modifier le wikicode]

  • Est-ce que l'AG peut prendre position au nom de Nuit Debout Nice sur des questions de soutien à des actions, à des gens etc.. ?
  • Est-ce qu'on parle des actions comme étant liées directement à l'AG ou est-ce qu'elles sont des initiatives indépendantes "issues" de NDN et non pas des actions de NDN ?

Un atelier "pratique" régulier ?[modifier | modifier le wikicode]

Suite à l'atelier thématique sur l'université populaire, on a parlé de la possibilité de faire un atelier régulier qui serait pratique et non théorique. On peut par exemple réaliser un sondage comme pour les ateliers théoriques pour voir qui propose quoi.

  • Betty : plutôt que des ateliers théoriques et pratiques distincts, on peut faire des ateliers avec une partie théorique, et une partie pratique. A chaque fois qu'on étudie quelque chose de théorique, voir en quoi on peut l'appliquer dans notre vie concrète. Ex : Illich qu'on étudie, qu'est-ce que dans notre vie concrète il peut faire.
    • Roman : tout à fait d'accord avec ça, mais ça ne répond pas au besoin d'atelier pratique régulier.
      • Florence (l'autre) : on peut faire des ateliers théoriques, pratiques et politiques (les 3 aspects) à chaque fois
        • Roman : Chaque semaine ça me paraît difficile
          • Betty : pour l'aspect pratique ça demande moins de recherches que pour le côté théorique, donc c'est pas forcément si irréalisable

Atelier convergence des luttes (pas abordé)[modifier | modifier le wikicode]

Mathieu propose un atelier régulier pour penser la convergence des luttes.