Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1119 mars.




Villes/Paris/Antinucléaire

De NuitDebout
< Villes‎ | Paris
Aller à : navigation, rechercher

La commission antinucléaire de Nuit debout s'est constituée pour tenter de regrouper des forces afin de faire avancer la lutte contre la technologie nucléaire et la revendication d'arrêt immédiat du nucléaire civil et militaire.

Elle se propose d'organiser régulièrement des débats sur un des aspects du problème, sur la base d'un exposé introductif.

La catastrophe nucléaire, lorsqu'elle arrive, provoque des dégâts d'une ampleur immense, et cela pour des siècles. C'est la vie même qu'elle menace. La catastrophe nucléaire en France, ce n'est pas un scénario de science-fiction, c'est une perspective dont la probabilité ne cesse de grandir. Il faut obtenir l'arrêt des réacteurs avant la catastrophe, sans attendre que le désastre nous l'impose. Au quotidien, l'industrie nucléaire expose à la radioactivité des centaines de travailleurs et indirectement la population par le biais des transports de matériaux et de production de déchets radioactifs dont elle ne sait que faire. Il faut que ça cesse. La filière nucléaire est désormais en crise et ne survit que par injections massives d'argent public. Il faut y mettre un terme définitif et permettre aux travailleurs du nucléaire de se recycler dans d'autres activités. Il est possible de vivre dès maintenant sans électricité nucléaire. Concevoir les solutions les plus satisfaisantes, c'est notre affaire.

En attendant une chose est sûre : pas d'autre monde possible sans arrêt du nucléaire.

///

Le nucléaire, ça ne tient pas debout

Manifeste pour une société dénucléarisée, ouverte, conviviale, sobre, démocratique

proposé par la commission antinucléaire de Nuit debout.

Nous rêvons d'une société

·         où le climat ne soit pas déréglé par l'activité humaine;

·         où les énergies renouvelables soient à la portée de tous, au plus près des lieux de production et de consommation;

·         où les immeubles soient bien isolés, à énergie passive, capables de produire plus d’énergie que d'en consommer;

·         où la sobriété et la satisfaction des besoins essentiels (se nourrir, se loger, se chauffer, se déplacer, contribuer à la vie de la société par une activité libre) soient à la base des relations sociales;

·         où la santé, le statut et les conditions de travail des travailleurs du nucléaire soit la première préoccupation d'une société qui devra gérer pendant des siècles les déchets radioactifs de toute sorte (centrales, combustibles, etc.) que les nucléocrates laissent en héritage à l'humanité;

·         où domine une agriculture biologique, capable de nourrir les populations locales, distribuée par circuits courts, en lien avec les SEL, les AMAP, les coopératives de production et de consommation;

·         où les grandes multinationales de la chimie et de l'agrochimie n'aient plus le contrôle de la vie de l'humanité entière, où les OGM et la malbouffe auront été bannis;

·         où les pesticides qui empoisonnent nos campagnes soient bannis une fois pour toutes et remplacés par la permaculture, l’agriculture raisonnée, l'agriculture basée sur l'interaction des insectes, des sols et des plantes, les engrais naturels;

·         où le respect des animaux, des plantes et plus généralement de l’environnement, soit à la base de la relation avec la nature;

·         où la gratuité devienne le principe moteur de la société;

·         où la réduction, la récupération, le recyclage, la fin de l'obsolescence programmée, les collectes sélectives des déchets (et notamment des bio-déchets) permettent l'élimination des incinérateurs, du Tri Mécano-Biologique (TMB) et autres traitements industriels polluants et nuisibles des déchets;

·         où des projets inutiles, nuisible et imposés, tels que l'aéroport de Notre Dame des Landes ou la LGV Lyon-Turin, ne soient pas possibles

·         où les guerres permettant le pillage des richesses naturelles des pays du Sud ne soient pas le quotidien de millions de personnes poussées sur les routes et à la mer par l'intervention des grandes puissances;

·         où les migrants ne soient pas accueillis à coups de matraque et surtout ne soient pas obligés de fuir leur pays natal;

·         où la cupidité, l’appât du gain et la soif de profit ne soient pas le moteur des relations humaines;

·         où la concurrence et la guerre de tous contre tous ne soit pas inscrite dans les Constitutions et les traités internationaux;

·         où l’utopie d'une croissance infinie dans un mode fini n'empoisonne plus l'humanité après avoir empoisonné l'environnement;

·         où l'égalité hommes-femmes ne soit plus une revendication mais un acquis;

·         où la haine raciale, sexuelle, religieuse soit remplacée par l'amour et l'entraide;

·         où la politique ne soit plus l'art de berner ses semblables, mais seulement l'apprentissage de la vie en commun;

·         où l’exploitation des plus faibles socialement ne soit pas le principe fondamental qui régit la société;

·         où l'esclavage du salariat (plus ou moins ubérisé, précarisé, sous-traité, privatisé) ne soit pas le fondement de la vie sociale;

·         où l’hypocrisie de la propagande guerrière ne remplace pas l'esprit critique des citoyens;

·         où la démocratie ne s'arrête pas sur le seuil de l'entreprise;

·         où les humains ne soient plus obligés de se battre pour défendre un code du travail qui pourtant ne fait qu'enregistrer les rapports de domination et de classe;

·         où la démocratie ne soit pas le chèque en blanc donné tous les cinq ans à un homme prétendument providentiel et aux bureaucraties qui peuplent le monde de la politique officielle;

·         où les citoyens se sentent directement concernés par la gestion de leurs affaires et ne délèguent plus leur pouvoir de décision;

·         où les assemblées sur les lieux de vie et de travail soient le moteur de toute décision à l'échelle de la société et où la majorité soit capable de ne pas imposer sa volonté à la minorité;

·         où les Constitutions ne soient pas des déclarations de principes de liberté, d'égalité et de fraternité qui seraient concrètement bafoués;

·         où les citoyens soient en mesure de contrôler collectivement leurs délégués, puissent leur demander régulièrement des comptes, détiennent le pouvoir de décision sur le sens de la société dans laquelle ils vivent;

·         où tout ce qui est commun (eau, air, terre, énergie) ne soit ni privatisé ni privatisable;

·         où la santé ne soit pas l'affaire d'une bureaucratie médicale toute-puissante, soumise à la logique de la rentabilité, mais d'une collaboration conviviale entre professionnels et malades;

·         où la santé mentale redevienne l'affaire de toute la société et ne soit plus déléguée à des professionnels dans le but de la cacher à la vue du public;

·         où la science ne soit plus le monopole des universités et des centres de recherche, soumise aux impératifs de la rentabilité et livrée aux appétits des multinationales, mais devienne enfin un instrument de libération et de progrès social;

·         où la formation ne soit plus le travail exclusif des enseignants, mais où l'on recommence à penser la déscolarisation de la société, dans une relation harmonieuse entre enfants et adultes;

·         où l'économie cesse d'être la science de la justification du pouvoir de la finance et des puissants de ce monde et livre au plus grand nombre les coffres-forts des privilégiés;

·         où le langage ne soit plus approprié par les spécialistes de nov-langue patronale destinée à cacher la réalité des choses, mais devienne un instrument de libération des esprits;

·         où la poésie, la culture, la lecture, le chant, le théâtre, le cinéma et tous les arts soient accessibles à tout le monde.

Pour que tout ça soit pensable et possible, il y a une chose à obtenir avant tout : l’arrêt immédiat du nucléaire, afin que soit écartée l'épée de Damoclès de la catastrophe. Si la catastrophe devait se produire, tous nos rêves seront rendus caducs.

Nous sommes évidemment favorables à toutes les initiatives qui vont dans le sens d'une dé-nucléarisation de la production d’énergie. L'abandon d'EDF et autres producteurs d’énergie nucléaire pour passer à Enercoop est bienvenu. Mais nous savons que, sans recours à la lutte, ça ne suffira pas.

Nous savons que du nucléaire nous ne sortirons pas. Une fois arrêtées, les centrales atomiques resteront radioactives et devront être surveillées aussi longtemps qu'il le faudra, en attendant que des scientifiques trouvent le moyen de les rendre inoffensives. Les déchets accumulés jusque là seront à gérer plusieurs siècles durant.

·         L'urgence, c'est donc d'arrêter d'en produire.

·         L'urgence, c'est d'éviter la catastrophe prévisible dans le pays le plus nucléarisé du monde.

·         L'urgence, c'est de protéger les populations contre les apprentis sorciers qui ont fait le choix du tout nucléaire pour empêcher qu'on puisse ne serait que penser d’arrêter les centrales.

·         L'urgence, c'est d’empêcher les criminels qui ont mis en place les conditions d'une catastrophe majeure de poursuivre leur logique folle et meurtrière.

·         L'urgence, dans un pays où la lutte antinucléaire a été vaincue par l’État et le lobby nucléaire dans les années 1970 et 1980 et s'est ensuite transformée en mouvement d'accompagnement et d'expertise, est de rallumer la flamme du combat collectif.

Et le premier pas à faire, c'est de se fixer comme objectif politique l'arrêt immédiat du nucléaire.

Pour un avenir radieux et sans nucléaire, contre un avenir odieux et radioactif

Fonctionnement[modifier | modifier le wikicode]

Fonctionne en AG souveraine.

Réunions[modifier | modifier le wikicode]

Sur la place de la République en moyenne une fois en semaine en plus de l'organisation d'un débat le WE à 17h00.


Outils[modifier | modifier le wikicode]

Possibilité d'être inscrit à une liste d'échanges d'informations en nous écrivant

Contact[modifier | modifier le wikicode]

antinuk.debout@hotmail.com

Actualité[modifier | modifier le wikicode]

Dimanche 19 juin à 17h

La situation au Japon suite à l'accident de Fukushima et l'implication française dans ce désastre.

avec Kolin Kobayashi

-> voir le 4 pages du collectif contre l'ordre atomique sur le rôle de la France :

https://paris-luttes.info/home/chroot_ml/ml-paris/ml-paris/public_html/IMG/pdf/4pages-france-japon8mars-soir-2.pdf

DIFFUSION DE TRACTS CE 21 JUIN :

La Maison de la culture du Japon à Paris organise du 21 juin au 8 juillet 2016 une exposition de photos de Jun Takai sur la vie du village de Suetsugi, situé à 27 km de la centrale nucléaire de Fukushima-Dai-Ichi. Elle est soutenue par l?IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, organisme public sous la tutelle de cinq ministères français) et la CIPR (Commission internationale de protection radiologique).

Dans ce cadre nous avons rédigé un tract, nous le diffuserons mardi 21 juin devant la maison de la culture du Japon à partir de midi. (Maison de la culture du Japon: 101Bis Quai Branly, 75015 Paris Métro Bir Hakeim)

§

Dimanche 26 juin à 17h

les effets des radiations sur l'organisme humain.

avec Françoise Boman

///

Dimanche 12 juin à 17h

Débat sur le projet CIGEO d'enfouissement des déchets radioactifs à vie logue à Bure.

Un camarade qui interviendra nous informe de cela :

sur place c'est déjà très tendu, l'Andra ravage déjà la foret de Mandres sans que Cigeo ne soit légalement lancé. Cf la PJ et ici:

http://burestop.free.fr/spip/spip.php?article716

http://vmc.camp/2016/06/09/alerte-a-bure-landra-ne-creusera-pas-son-trou-dans-la-foret-de-mandres-en-barrois/

///

Dimanche 5 a eu lieu sur la place le débat animé par la commission antinucléaire, sur "la voiture électrique : la fausse bonne idée". Une moyenne d'une trentaine de personnes a assisté et participé à la discussion tandis que plus d'une soixantaine a tourné à un moment ou à un autre. Les interventions étaient pertinentes et le débat parfois vif.

Après le débat une réunion rapide de la commission a eu lieu afin de mettre au point les prochains débats et se repartir les tâches.

On envisage un débat :

- pour dimanche 12, sur le projet CIGEO, la lutte contre le dépotoir de Bure et la question des déchets. R se charge de contacter des personnes qui ont participé à la manifestation du 5 juin et ont des contacts suivis avec la maison de Bure.

- Pour dimanche 19, sur la situation au Japon et autour de Fukushima. A-M et G inviteront K à animer le débat.

- Pour dimanche 26, sur les travailleurs du nucléaire et le "grand carénage", C contacte P. B.


Au cas où les animateurs ne seraient pas disponibles, on envisage de lancer la discussion sur les sujets suivants:

- La pollution nucléaire à Vaujours et la lutte contre Placoplâtre

- Transports quotidiens de matières radioactives et cycle du combustible nucléaire.


///

Enregistrement du ébat sur l'arrêt immédiat du nucléaire organisé par la commission éducation populaire : https://educpopdebout.org/2016/05/17/nicole-et-le-collectif-contre-lordre-atomique-nous-ont-parle-de-larret-immediat-du-nucleaire/


///

Compte-rendu de la commission antinucléaire Nuit debout de samedi 21 mai 2016

La commission s'est réunie à 18 heures environ sur la place de la République.

Elle s'est formée, poussée par l'exigence exprimée par des participants au débat du dimanche précédent (15 mai), sur "Arrêt immédiat du nucléaire; pourquoi; comment", dans le cadre de la commission Éducation populaire, auquel avaient participé plus d'une centaine de personnes.

Sa première activité a consisté à rédiger, lire ensemble et discuter un manifeste, qui précise le point de vue collectif de la commission et balise ses activités futures.

Puisqu'il s'agit de mener d'abord une bataille d'idées, nous avons envisagé d'organiser sur la place, de préférence le week-end, des discussions ouvertes, introduites par des membres de la commission ou des personnes intéressées aux sujets sur la table, dont nous connaissons les compétences.

Les deux premiers débats ont ainsi été programmés pour

Dimanche 29 mai à 17 heures - "Le nucléaire est en faillite".

Dimanche 5 juin - Voiture électrique : la fausse bonne idée.

Le collectif contre l'ordre atomique, se propose d'acheter une petite sono portative et de la mettre à la disposition de la commission, afin de rendre plus aisée la tenue des débats.

Le texte du manifeste est évolutif et sera complété au fil des prochaines réunions de la commission.

Sauf imprévu, la prochaine réunion de la commission est fixée pour jeudi 26 mai sur la place, après la manifestation, vers 19 heures.




Rechargez la page pour afficher votre compte-rendu. S'il n'apparait pas automatiquement, listez le manuellement (aide).