Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1117 mars.




Villes/Paris/Antipub/CR/21 avril 2016

De NuitDebout
< Villes‎ | Paris‎ | Antipub
Aller à : navigation, rechercher

Réunion de la commission Anti-Pub du mercredi 51 mars (20 avril) :

Une étude a montré que 80% de la population française juge la publicité dérangeante.

Résumé par principaux points abordés :


      a)	Actions et informations pratiques :


La craie, dégradable, une action quotidienne.

Indiquer sur les affiches la consommation énergétique des panneaux publicitaires.

Détourner l’affiche SFR pour la 4G. « Et ton cancer » « Il va plus vite que la 4G »

Volonté de coopérer avec la commission migration et la commission Dessin Debout.

Samedi 54 mars (23 avril) : atelier de détournement publicitaire à partir de 16h.

Dimanche 55 mars (24 avril) : Actions des reposeurs à partir de 15 heures.

Dimanche 55 mars (24 avril) : 19 heures. Atelier fabrication à Malakoff, 19 heures au 14 impasse Carnot.

Samedi 28 avril, action prévue au cours de la manifestation contre la Loi Travail.

Tous les 1er mail à 14h, métromarathon. Se renseigner.

Virée festive organisée par la BAM le 20 mai à Malakoff, 19 heures au 14 impasse Carnot.


     b)	La possibilité d’une régulation sur le rapport publicités à but non commerciales / à but commerciales 


L’élimination totale de la publicité n’est pour l’instant pas aussi envisageable qu’une régulation permettant une réduction de la présence publicitaire dans l’espace public, les médias…

La publicité est l’un des moteurs de la société de consommation. C’est l’un des budgets les plus importants après l’industrie de l’armement. Ce secteur doit nécessairement être mieux régulé.

De par sa structure, la publicité fait courir les petits artisans et les petits commerçants à leur perte. Elle assèche les échanges sociaux


     c)	Structure de la publicité 


La publicité commande les esprits. Le marketing étudie les moyens les plus efficaces d’influencer le cerveau humain. Les lobbyings mettent la main sur les lois qui régulent le secteur. Le sponsoring a une emprise sur l’éducation nationale et la culture.


      d)	Le système de la cotisation comme système alternatif au financement des médias / artistes 


Remplacer le financement des médias par la publicité par des systèmes de cotisation tels que proposés par Le Monde Diplomatique.

La cotisation permet d’évoluer dans une structure dont les fins et les moyens employés semblent justes et souhaitables pour l’artiste/le journaliste.


     e)	La problématique de la méthode et la problématique de l’objectif publicitaire


Une inversion des moyens et des fins dans la publicité.


     f)	La liberté d’expression, le droit à la non réception ou liberté de réception comme argument opposable à l’emprise publicitaire

La question de l’argent fait basculer la démocratie dans la ploutocratie.

Dans un tel basculement, la démocratie doit être à nouveau installée à travers la liberté d’expression, pour nous autant que pour les multinationales.

Le droit à la non-réception ou la liberté de réception doivent être développés dans notre contestation de l’état actuel de l’emprise publicitaire. 

    g)	Régulation de la répartition entre annonceur public et privé sur une surface


Il est aujourd’hui impossible que le rapport entre les publicités commerciales/non commerciales, privées/publiques ou associatives est égalitaire.


A quel moment y a-t-il trop de publicité d’annonceur privé par rapport aux annonceurs publics ?

Imposer une égalité de traitement légal entre les différents annonceurs (multinationales, associations, secteur public…). Que la taille imposée aux associations soit la même que pour les multinationales.


      h)	Evolution sémantique de la publicité 


La réclame est une des anciennes formes de publicité où l’artiste était payé par une entreprise qui souhaitait renforcer sa notoriété.

Avant la publicité s’appelait la réclame (années 70). Les gens en avaient marre de la réclame, elle ne marchait plus car le terme était galvaudée, connoté péjorativement. De même la publicité a suivi progressivement la même réception du public. On a réduit le terme à pub.

Aujourd’hui le même phénomène prend le nom de communication ou plus récemment encore de conversation.

Nous devons nous réapproprier le mot de publicité, communication ou conversation qui appartient aujourd’hui à 90% à des multinationales. Une publicité des idées et des opinions est demandée.


      i)	Triple temps du paiement / Triple temps de la pollution de la publicité


Pollution mentale

Pollution visuelle

Pollution environnementale (soutien au productivisme, impact énergétique énorme)

Paiement de la production des publicités, des structures publicitaires.

Paiement de l’électricité consommée par les affiches.

Paiement du recyclage/destruction des composants.

D’où une grande part du prix du produit qui est due au marketing.

Même ce qui est gratuit, nous le payons. Economie de l’attention.


      j)	Régulation de la quantité de publicités sur une surface 


A partir de quel quota le panneau de publicité est un parasite ?

A partir de quelle taille ?

Interdir réellement le street-marketing et les pochoirs au sol.

Une réutilisation des codes de contestation inacceptable.


      k)	Utilisation du moyen légal pour combattre la publicité 


Exemple de l’association « Paysage de France » qui repère les panneaux illégaux, demande au maire de les retirer puis au préfet. L’action peut se terminer par un décrochage ou une plainte posée contre le préfet ou le maire.

Les camions qui font du street marketing sont interdits par le règlement local de la publicité de Paris (Art 5 § 1)

Changer la loi est au cœur du projet de RAP (Résistance à l’agression publicitaire).

Pensons à nous inscrire dans la durée en collaborant étroitement avec les différentes associations ayant une expérience dans la lutte. Dans l’hypothèse d’un essoufflement du mouvement, continuer la lutte par d’autres moyens.

Imposer l’extinction des panneaux publicitaires entre 1h et 6h du matin. JC Decaux est épargné par cette mesure en vigueur.


      l)	La dépendance des médias par rapport à la publicité


      m)	Références


No Logo et Tout peut changer (chapitre 5) de Naomi Klein

Action de Brandalism lors de la COP21 avec les 600 affiches remplacées.

Règlement intérieur de la SNCF/RATP pour les espaces ferroviaires, le métro.

Règlement local de la publicité de Paris

Comment contrer la PUB ? (Pour les outils à utiliser selon les types d’affichage…)