Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1053 mars.




Villes/Paris/Arts Visuels/CR/28 mai

De NuitDebout
Aller à : navigation, rechercher

Compte rendu de samedi 28 mai 2016

Journée/débat dédiée au thème de la "Précarité dans les arts visuels" avec comme invité le groupe de recherche Economie solidaire de l’art.

Groupe informel de discussion formé en 2014 par 6 professionnels de l’art qui depuis 2014 anime un débat sur le net relatif aux problématiques de rémunération des artistes visuels. Cela à travers un site internet et une page Facebook suivie à l’heure actuel par presque 10000 personnes.

Economie solidaire de l'art a décidé de réaliser un texte pour demander le respect des droits de représentation pour toutes expositions et interventions des artistes dans les centres d’arts, comme indiqué par la Loi n° 57-298 du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique, selon laquelle toute présentation rentre dans le droit d’auteur, donc elle doit donner droit à la rémunération.

Ils ont mis en place une action en trois volets :

1) La rédaction d’une charte, à souscrire collectivement par les artistes et à proposer en collaboration avec les centres d’art pour garantir le respect des droits de représentation. Elle donnerait lieu à une labelle « qualité » à afficher dans les lieux vertueux.

2) Demander la présence des artistes et des producteurs dans les instances, commissions.

3) Mise en place d’un fond de soutien crée par les artistes grâce à la valeur ajoutée produite par leur rémunération, comme c’est déjà le cas dans le CNC et le CNL.

Dans le but d’une convergence des luttes et du partage des connaissance avec les autres commissions Nuit debout, nous avons invité à prendre partie au débat aussi deux représentantes de la Commission Economie. Cela après avoir assisté à leur journée/débat du 22 mai « Après le salariat ».

Il nous ont proposé d’autres exemples de formes d’économie solidaire auxquelles les artistes pourraient éventuellement faire recours (notamment la coopérative).

Nous les avons invitées surtout pour parler dans notre commission aussi des différentes types de revenues universelles dont les artistes pourraient s’avantager en tant que travailleurs précaires, et de la différence entre revenue de base/salaire à vie ainsi que des enjeux politiques et idéologiques impliqués.

Dans les prises de parole qui int suivi d’autres thèmes ont été abordés, notamment :

- démocratisation de l’art contre élitisme.