Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1119 mars.




Villes/Paris/Cahiers de doléances et d'exigences/Doléances/Doléances du 46 mars (15 avril 2016)

De NuitDebout
Aller à : navigation, rechercher

Doléances du 46 mars (15 avril 2016)[modifier | modifier le wikicode]


1 – Partager les savoirs, chacun a des connaissances, des expériences, faisons les circuler et apprenons de nos différences pour mieux vivre ensemble


2 – Forum des abus financiers, mise en examen sourcés juridiquement par des professionnels (juristes, avocats) et expliquer la mécanique de la dette et intérêts.


3 – Cessons de faire semblant d’ignorer que la France pille également l’Afrique.


4 – Le changement ne passera QUE par l’égalité entre les femmes et les hommes. Un mouvement qui ne s’appuie pas là-dessus est mort-né.


5 – Le changement nécessite une constituante.


6 – Et si on imaginait un monde sans argent ? Si si je suis sérieuse. Ou autrement dit, peut on imaginer un monde qui fonctionne quand il faut de l’argent, y compris pour la justice ? Je necrois pas.


7 – Un président, un parlementaire ou un homme politique est un être humain comme les autres, qui peut lui aussi faire pas mal de conneries. C’est pourquoi il faut mettre fin à l’impunité judiciaire dont ils disposent. « TOUS les hommes naissent et DEMEURENT libres et égaux en droits », ca serait cool de s’en souvenir.


8 – Ah, enfin on se parle sans obligation de consommer ! Ouf ! Que les places publiques redeviennent des AGORAS, enfin, partout, je le veux, je, nous, vous ? Jetons les vieilles (nos vieilles) peaux d’homo Consumerus pour une vrai transformation collective et individuelle.


9 – Je ne demande rien aux gouvernements, ni à aucune des autorités patronales, gestion droite et collective des entreprises et des communs par les assemblées de travailleurs et des habitants.


10 – Je pense que quand tu as toujours bien gagner ou bien vécu ta vie tu ne sais pas ce que le peuple ressent, il faut reformer les gens qui nous gouverne car ils n’ont pas l’état d’esprit des vrai travailleurs ceux là eux même qui font fonctionner l’économie de notre pays la France.


12 – ENTRAIDE ENTRE ELEVES
Introduire dans l’éducation scolaire l’entraide entre les élèves, depuis la plus petite enfance, en contrôlant que ceux qui comprennent les premiers explique ou aide les autres, plutôt que de rester dans la compétition.


13 – Bannir le mot Doléances (pré révolution 1789) crée une convergence suffisamment forte pour imposer un processus constituant 6e République.


14 – Je souhaiterais que l’on donne plus d’importance à l’éducation (à tout âge) des comportements citoyens et des petites actions concrètes. (écologie, sociales, politique). Que l’on développe les campagnes de communication en amont contre les violences envers les femmes. Et donner une place plus importante et pédagogique à l’éducation sexuelle (Respect d’autres comportements)

Je souhaiterais que l’on trouve des solutions pour améliorer la qualité de l’air de Paris et qu’on développe les lieux d’échanges et de créations culturelles. Que l’engagement de chacun et l’écoute des autres produisent des actions en adéquation avec nos espoirs.

Positivons.


15 – Je suis à la Place de la République pour protester.


16 – Respect à ceux qui font avancer le monde.


17 – La chose la plus importante du monde, c’est le bonheur


18 – Pour le monde de demain :

  • Arrêter de psychoter autour de l’argent
  • Donner / Être plus généreux
  •  Penser à son voisin autant que soi même
  •  Aimer
  •  Être heureux
  •  Être en paix
  •  Avoir le sourire


19 – Je fais le tour du monde pour la paix et j’espère cette année rencontrer Poutine et j’espère qu’il va me recevoir.


20 – Comité il faut juger Bush :

Les preuves existent que la guerre en Irak a été voté par l’ONU sur un mensonge. Il faut créer un comité qui réclame que soit juger G.W.Bush.


28 –

1/ Mettre en place un revenu d’existence de base pour tous.

Se référer à l’article 25 de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 :
« Toute personne a droit à un niveau suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, les soins médicaux, le logement ainsi que pour les services sociaux nécessaire ».
A l’instar de ce qui se passe au Bhoutan, en l’adaptant à la France.


2/ Mettre en place un nouvel indicateur de référence le bonheur national brut. A nous de définir le bonheur à la française.


3/ Instauration de la semaine des 25 heures pour que chacun travaille et profite de la vie.

La baisse continue du temps de travail va nécessairement dans le sens de l’Histoire Economique et Sociale.
Si les 35 heures non seulement n’ont pas créé le nombre d’emplois escomptés ils ont engendré par contre de nombreuses difficultés et inégalités, c’est surtout :
  • En raison de l’insuffisance de la réduction du temps de travail et du manque de flexibilité au début de leur mise en œuvre.
  • Parce qu’elles n’ont pas été conçues dans le sens d’un véritable « partage du travail » avec de nombreux colmatages à la clé (jours de RTT, CTD, forfait-jour…) qui ont par ailleurs amoindri la compétitivité de nos entreprises.
  • Parce que l’effort de formation de masse n’a pas été nécessaire et donc pas suivi…


Et ailleurs dans le monde ?
  • Aux Etats-Unis, l’Utah a décidé en 2008 de réduire le temps de travail de ses fonctionnaires. Pour éviter des coupes dans les effectifs en période de crise, le gouverneur impose à 18.000 des 25.000 employés publics une semaine de quatre jours. Après six mois, deux tiers des employés estimaient que la mesure les rendait plus productifs et que cela améliorait l’ambiance au travail mais aussi à la maison en réduisant les conflits. L’Etat a également fait des économie substantielles grâce à la fermeture des administrations le vendredi. Mais l’expérience à prit fin trois ans plus tard à l’automne 2011orsqu’un nouveau gouverneur opposé à la mesure est arrivé à la tête de l’Etat.
  • Le système de réduction du temps de travail ayant fait le plus efficacement ses preuves est probablement celui du « travail partagé » en vigueur au Canada :


Quelques réponses aux objections habituelles :
  • « Le Travail ne se partage pas, il s e créer… »
Cette objection est courante, le (volume de) travail est bien évidemment déjà partagé parmi les salariés de l’immense majorité des organisations (saur à la rigueur pour les cadres, dirigeants, et encore…) par l’application même d’un temps de travail, qu’il soit de 32h, 35h, ou 39h !!! Bien évidemment, le travail se créer aussi… l’un n’empêche pas l’autre.
  • « Les salaires vont baisser… »
C’est le principal point d’achoppement, mais on peut y apporter deux objections majeures :
  • 1/ Le retour à l’emploi de plusieurs millions de chômeurs devrait entrainer une réaffectation des allocations chômages au profit d’une diminution des charges sociales dont le volume de cotisations serait par ailleurs en forte hausse. Au final, les salaires ne devraient donc pas baisser.
  • 2/ Une possible baisse mécanique des salaires à court terme devrait être rapidement compensée par une baisse des prix intérieurs et donc une hausse à la fois de la consommation « Made in France » (condition sine qua non pour relancer l’industrie) et de la compétitivité de nos entreprises à l’export. Sans oublier la forte baisse des déficits publics et la forte hausse de l’activité économique avec le retour à l’emploi de plusieurs millions de chômeurs.


4/ Instituer un service civique obligatoire.

L’objet de ce service citoyen non militaire serait de cultiver le sens de la fraternité dans le prolongement de l’école. Ce service civique ou citoyen offrirait à chaque jeune l’opportunité d’un engagement – d’une durée et selon des modalité à déterminer – au bénéfice du bien commun, de la découverte d’autres milieux sociaux et culturels que le sien. Ce service réinventé – non plus face au péril de la guerre mais au bénéfice de la concorde civile - devra couronner une éducation scolaire dans laquelle aura été confiée à chaque enfant, à l’école primaire, au collège, au lycée, la responsabilité de s’engager chaque année au service de tous, et de goûter ainsi une fraternité hors les murs de sa « communauté » d’origine. Pourquoi ne pas concevoir en ce sens la signature par l’élève d’un contrat d’engagement par lequel il devrait chaque année participer à telle ou telle tâche dans l’école, laquelle serait récompensée à la fin, lors d’une cérémonie solennelle, par un prix de l’engagement et de la fraternité ? Quand à l’accomplissement du service civique, il serait lui aussi récompensé à chaque promotion lors de cérémonies consacrant une culture commune de la fraternité.


5/ Changer la représentativité du peuple

A/ Instituer le referendum d’initiative populaire
A l’instar de ce qui se passe en Suisse, il faudrait pouvoir proposer via des pétitions citoyennes de voter sur les propositions et projets de lois. Cela consisterait à débattre, demander des éclaircissements, poser des questions précises.
Un référendum aboutit si au moins 500 000 signatures valables (via internet éventuellement) ont été déposées au Parlement. Si ce chiffre est atteint, l’acte contesté est soumis au vote populaire.


B/ Lutter contre la professionnalisation de la politique
Etudier de nouveaux modes de financement des élections pour permettre à tous de se présenter.
Obliger les hommes politiques à retourner dans la vie civile après un mandat. Leur assurer une formation professionnelle et l’assurance chômage comme chaque citoyen.
Interdire le cumul des mandats électifs.
Revoir la carte administrative en supprimant l’échelon du département pour optimiser les actions de service public.
Diminuer le nombre de députés, de sénateurs et de ministres.


Comme l’a dit Che Guevara « Soyons réalistes, exigeons l’impossible ».


29 – Pour rendre obligatoire les salles de repos dans les entreprises.


30 – Pour l’Outre Mer debout avec nous. Eux qui sont les français qui galèrent le plus. Pour un #DOM-TOMdebout !


31 – Education : Sociologie au collège.

Philosophie politique à partir du lycée.


32 – Il faut pérenniser la Nuit Debout :amendement pour qu’elles deviennent des agoras récurrentes et parties prenantes de la vie politique française.

Je pense qu’il faut beaucoup chercher à proposer des lois, chercher à les imposer par la pression populaire, par les pétitions pour pérenniser le mouvement.


33 – Je reçois le meilleur de tout ce qui est ici et maintenant sur tous les plans, dans toutes les dimensions. Je suis le tout dans l’amour énergie et reconnaissante. Bain de lumière, Bénédiction, Prospérité, Abondance, Paix, Amour, Energie libre, « Electron libre ».


34 – Supprimer la publicité et faire travailler les publicitaires pour la collectivité.


35 – Des toilettes publiques en nombre suffisant dans les villes. L’accès aux lieux d’aisance doit redevenir un service public.


36 – Qu’un cahier de doléances soit créé, que l’anonyme puisse parler.

Que tous se réunissent, que tous s’expriment.
Les pensées sont là, les pensées ont toujours été là.
Que finalement elles s’inscrivent dans le Réel.
Que finalement elles existent.
L’Age de Faire


37 – Arrêtons de se penser en terme d’utilité.


38 – Solidarité et accueil pour les migrants.


39 – Laïcité, Equité, Solidarité

Allocation universelle.
Plafond des profits et patrimoines pour ceux que ça amuse de produire.


40 - Restaurer l’immeuble haussmannien, tous vivant dans le même immeuble (mais pas au même étage).


41 – Il ne faut pas qu’on oublie l’Europe ! Il ne faut pas qu’on oublie de se saisir des enjeux de la démocratisation des institutions européennes ! Reprenons le pouvoir, elles sont aussi nos institutions ! Ne laissons pas l’Union Européenne aux néo libéraux !!!

Proposition : Un parlement de la zone euro élu au suffrage universel : voir au tirage au sort.


42 – Essayons de développer les techniques l’agro-écologie.

Faisons un lien entre récupération des invendus alimentaires et aide aux sans abris.
Art dans l’espace public !!!
Mettre en avant le troc !


43 – Supprimer le SIDA pou baiser sans capotes.