Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1119 mars.




Villes/Paris/Commission Féministe/CR/50 mars (19 avril) NM

De NuitDebout
Aller à : navigation, rechercher

REUNION NON-MIXTE 50 MARS - 19 AVRIL[modifier | modifier le wikicode]

Discussions[modifier | modifier le wikicode]

On commence par parler de la réunion d'hier. Il y a encore des questions sur la mixité. Pourquoi la non-mixité ? Il est question d'un droit de réponse en ce qui concerne l'article du Figaro sur la commission féministe. Un groupe de travail a été créé. Il faudrait mettre à chaque fois le panneau NON MIXTE par terre, au milieu afin que tout le monde puisse le voir. Il y a un réel problème de NON-ECOUTE des hommes par rapport aux réunions non-mixtes. Plusieurs fois il a été demandé aux hommes d'arrêter d'écouter, et ils faisaient tout simplement comme s'ils n'avaient rien entendu. La non-mixité est un acte politique qu'il faut mettre en avant. Les débats autour de ça lassent les gens, et beaucoup pensent que cette non-mixité devrait être un cadre et non un contenu.

Une informaticienne se propose d'aider pour le blog. Elle dit qu'elle aimerait que l'on fasse plus d'art de rue, et qu'elle est fière de ce que l'on fait. Elle a parlé de Girl Power, ce qui a levé une petite polémique sur l'utilisation de son terme, avec une explication de sa création par les Riot Girls, et sa récupération commerciale dans les années 90. Retour sur le terme Girl Power et sur le fait que les femmes sont considérées comme des éternelles mineures.

Une participante a demandé pourquoi il est écrit dans la Charte de Nuit Debout, que la parité Homme Femme est « recherchée » ?

Nous avons abordé le sujet du pass contraception supprimé en Ile-de-France par Valérie Pécresse, une participante a réexpliqué ce que c'était. C'était un étui expliquant les modalités et endroits d'accès aux soins pour les jeunes femmes.

Nous avons longuement abordé le sujet de la discrimination des femmes dans la médecine occidentale. Par exemple que les médicaments pour les maladies cardiovasculaires sont prescrits pour des dosages masculins, et pas féminins, qu'on parle toujours des symptômes masculins. Nous avons mis sur le tapis le mépris du corps médical vis-à-vis des femmes qui parlent de leurs menstruations (endométriose, etc.), des femmes qui se font examiner à la suite d'une agression sexuelle, qui demandent un moyen de contraception. Comme sur la vidéo tournée en caméra cachée d'une journaliste qui fait le tour de plusieurs pharmacies en se présentant comme mineure ayant besoin de la pilule du lendemain, qui est censée être gratuite. Plusieurs pharmaciens refusent de la donner et/ou la font payer, ce qui est illégal. Une femme nous parle de femmes qui ont voulu se faire avorter et dont les infirmiers les ont obligés à écouter le bruit des fœtus pour les dissuader de le faire. Il y a une vraie maltraitance institutionnelle envers les femmes qui veulent disposer de leur corps, et il est nécessaire d'exiger une réelle formation des personnels médicaux à ses questions.

Une participante, qui côtoie le monde de la politique à mis sur la table le sujet du machisme omniprésent dans la sphère politique. Une autre a enchaîné sur le sexisme dans le sport.

Quelqu'un a parlé de la journée du 8 mars et du débat Genre, corps, santé et résistance qui en a suivi => à voir ?

Une participante a proposé de travailler sur la sémantique des mots prostitution et pornographie, qui ont la même signification, l'une en latin et l'autre en grec, qui veulent toutes les deux dire exposer en avant le corps.

Une femme a parlé de son atelier dans son garage cycliste, de cours de mécanique pour les femmes, car elle a remarqué que l'univers du vélo est très masculin et que les femmes n'osent pas aller dans les garages faire réparer leurs vélos.

Il faut être solidaire des femmes qui traitent les autres femmes de pute.

Il faut repolitiser la colère, la bêtise, la mocheté,

Quelle est la place des femmes en politique ?

Explication du rôle des drogues produites par le cerveau dans la survie après une agression sexuelle et de l'importance de prendre en compte cela, dans la gestion du traumatisme : mémoire traumatique, syndrome de stress post-traumatique, etc.

Le système nous pousse à nous haïr nous-mêmes rétorque une participante. Sexe social.

Organisation[modifier | modifier le wikicode]

Il a été question de faire en sorte de faire jouer les connaissances de chacun, de faire venir des féministes aguerries. Ce qui est de plus en plus le cas, certaines personnes âgées, militantes depuis plusieurs décennies participent aux débats.

Important : Il a été question de mieux organiser les réunions, d'établir des ordres du jour, ainsi que des plannings.

Le week-end prochain aura comme thématique la violence policière.

Une participante a fait une proposition d'ateliers d'affiches peut-être avec un graphiste ; avec aussi des créations de masques, sur le thème du féminisme et de la minorité de genre.

La commission Hôpital Debout a accepté de venir parler des questions médicales

Doit-on organiser des commissions féministes masculines ?

Actions[modifier | modifier le wikicode]

Le 29 avril il y aura une marche de nuit «  La nuit, la rue nous appartient » à partir de 20 heures, place Guichard => réfléchir à des slogans ?

Une autre participante a rappelé l'existence de la pétition Stop prescription https://www.change.org/p/abolir-la-loi-de-prescription-pour-la-deposition-de-plainte-contre-les-violences-sexuelles-en-france

Mercredi 20 avril, obsèques au Père Lachaise de Maïa Surduts, une figure du féminisme.

Fin[modifier | modifier le wikicode]

Nous avons chanté l'hymne des femmes en fin. Pourquoi pas proposer de chanter cet hymne à chaque fin de réunion non mixte ?