Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1053 mars.




Villes/Paris/Consommation/CR/Compte-rendu de l'atelier de la Commission Consommation du 19 mai 2016

De NuitDebout
Aller à : navigation, rechercher

Compte-rendu de l'atelier de la Commission Consommation du 19 mai 2016


COMMENT INFORMER POUR MIEUX AGIR AU QUOTIDIEN ? :
- Communiquer avec des formulations positives, engageantes, en proposant des alternatives aux grandes enseignes : éviter la culpabilisation, l’infantilisation, la morale, réunir le champ des possibles et oeuvrer pour une consommation conviviale et éclairée ;
- Pour une pédagogie progressive et positive : casser la spirale infernale (envie/besoin/satisfaction/frustration) pour rester maître de sa consommation, sortir peu à peu du conditionnement publicitaire et social, se poser des questions pour redéfinir ses modes de consommation : pourquoi je consomme tel produit ? en quelle quantité ? pour quelle nécessité ? quel est l’effet sur mon portefeuille, sur mes revenus et donc sur mes choix professionnels ? ;
- Réfléchir sur l’empreinte carbone des entreprises et des produits privilégiés par notre démarche ;
- Informer en passant par la menace qu’un produit fait peser sur la santé (exemple : la question des perturbateurs endocriniens) ;
- Réfléchir à la notion de confort ;
- Sortir du discours libéral sournois du chantage à l’emploi pour diffuser un discours reposant sur la création de nouveaux métiers : par exemple une caissière d’une grande surface pourrait trouver un autre travail, une autre perspective professionnelle dans une économie locale en plein essor face à la disparition progressive de l’économie impérialiste, capitaliste, libérale.


PROPOSITIONS POUR UNE CONSOMMATION INDIVIDUELLE PLUS RESPONSABLE DES ENJEUX HUMAINS, ÉCONOMIQUES ET ÉCOLOGIQUES :
- Appareils technologiques : conserver les aliments sans appareils technologiques, pour une approche de la « lowtechnologie ». Par exemple, optimiser les espaces extérieurs (jardin, terrasse, balcon, rebord de fenêtre, etc.) pendant les saisons froides pour pouvoir se passer de réfrigérateur ; éteindre les appareils au lieu de les laisser en veille ;
- L’appel au boycott collectif étant interdit par la loi, privilégier un boycott individuel des entreprises qui ne répondent pas à nos valeurs ;
- Hygiène buccale : seul le brossage mécanique est nécessaire pour une bonne santé dentaire (les dentifrices sont superflus). L’utilisation de produits naturels à base d’argile ou de siwak peut être envisagée en complément mais à faibles doses ;
- Hygiène intime féminine : découvrir les coupelles menstruelles et abandonner progressivement les tampons et serviettes hygiéniques ;
- Privilégier une ruralité proche : producteurs, artisans, créateurs proches géographiquement de son lieu de vie.


COMMENT MUTUALISER LES ACTIONS INDIVIDUELLES ?
- La faiblesse de Nuit Debout réside dans sa difficulté à « faire masse » : sa force réside dans la créativité de ses participants ;
- Ouvrir un site internet participatif : idées de rubriques basées sur la force et l’importance du témoignage pour rallier les personnes = « Un jour, un effort », « J’ai découvert une initiative et je la partage », « Le bottin des entreprises (locales, bio-responsables, respectueuses de leurs salariés, de leur rémunération) », avec par exemple les sites « Le bottin Made in France » (http://www.le-bottin-du-mif.fr, « 1083 » jeans et chaussures http://www.1083.fr), ou « slow cosmétique » (https://www.slow-cosmetique.com), « Témoignages d’expériences individuelles », « Recette du jour » (alimentation, cosmétique, produit ménager, recyclage, vêtement, etc.), « Adresse du jour » (resto, épicerie, producteur, etc.), « Qu’est-ce qu’on partage ? » (partager des idées de mise en commun : une machine à laver dans un immeuble, un potager dans un quartier, un lieu de compostage) ;
- Ouvrir un site internet de produits alternatifs : comparateur de prix, explication du caractère néfaste d’un produit (composants délétères pour la santé et l’environnement, mode de production inhumain, fiscalité arrogante des entreprises, etc.), vote des utilisateurs par étoiles (comme pour les sites commerciaux).


CONCLUSION :
II est nécessaire de relayer l'engagement selon lequel chacun d'entre nous peut (doit ?) s'inscrire dans un processus de transition consumériste.