Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 630 mars.




Villes/Paris/Démocratie et Assemblée générale/CR/85Mars 24Mai

De NuitDebout
Aller à : navigation, rechercher

Groupe de Travail Démocratie sur la Place[modifier | modifier le wikicode]


Mardi 85 Mars - 24 Mai 16h00/18h00

Point d'information préalable au débat[modifier | modifier le wikicode]

Information apportée par une personne qui a assisté à une AG de Cheminot ou le syndicat SUD était présent :

  • Pour le 26 mai, appel à défiler par corps de métier plutôt que par syndicat. Des syndicats/SUD Solidaire veulent intervenir place de la République après la manifestation.
  • La policiers a des grenades à ULCGT de Fos sur mer aujourd'hui.
  • Pas de village pour le 10km d'un journal sportif place de la République ce week-end, le village sera ouvert à Bastille de 9h à 19h. En revanche, arrivée de la course Place de la République.

Ordre du jour[modifier | modifier le wikicode]

  • Comment gérer les paroles intempestives en Assemblée ?
  • Assemblées de mercredi et jeudi
  • Table ronde / Démocratie
  • Décisions en Assemblée

Compte-rendu[modifier | modifier le wikicode]


Comment gérer les paroles intempestives en Assemblée ?
[modifier | modifier le wikicode]

  • Question : une personne peut-elle intervenir plusieurs fois en AG ? Comment empêcher quelqu'un en état d'ébriété manifeste et tenant un discours manifestement incohérent de prendre trop de place ?

Intervention : Accueil et sérénité sont trop peu nombreux pour intervenir à chaque fois.

  • Proposition : demander l'assentiment à l'Assemblée pour mettre fin à l'intervention malvenue, soit qu'elle est hors sujet, soit qu'elle a pris la parole sans respecter son tour, soit qu'elle est incapable de tenir un discours intelligible.

Pas de consensus

  • Proposition : donner la priorité de parler à ceux qui n'ont pas encore parlé quand il y a un débat thématique.

Consensus

  • Proposition : couper le micro.

Pas de consensus, proposition jugée trop violente et assimilable à un abus de pouvoir.

La fait que des personnes prennent trop de place dans leur discours (cohérent ou non) paraît pour certains une des causes de la désaffection des personnes pour le temps de l'Assemblée.

  • Proposition : que le modérateur propose plus souvent à l'Assemblée de réagir en lui rappelant les gestes qui sauvent une Assemblée et en lui signifiant bien de ne pas rester dans la passivité quelle que soit la situation.
  • Proposition : donner au facilitateur de gérer les personnes qui peuvent être envahissantes en ne les inscrivant pas.
  • Proposition : intégrer dans la formation du modérateur un point sur l'importance d'écouter le facilitateur qui du fait de sa position de retrait peut percevoir quand il est important de rappeler au bon souvenir de chacun les gestes qui sauvent entre autres informations.
  • Proposition : Ne pas laisser modérer quelqu'un sans formation.
  • Intervention hors sujet : il y a trop de commission et de sous-commission ce qui coupe la pluridisciplinarité.

Réponse : le travail des commissions a pris le pas sur l'Assemblée. Les commisions viennent rapporter leur travail à l'assemblée pour partager avec ceux qui n'ont pas travaillé sur ce sujet. Il faut oser prendre des risques. À lAssemblée de Lyon, quand un débat se développait, l'Assemblée propose de se scinder en petits groupes de travail pour revenir plus tard au cours de la soirée faire un compte-rendu des débats.

  • Proposition : dire à l'Assemblée qu'on empêchera les personnes au discours pénible (propos incohérents, hors sujet, redondant, etc.) d'intervenir.

Information : le Pôle Lutte(s) propose de prendre en main pendant 2h la première partie de l'Assemblée de jeudi avec pour thématique la grève.

  • Intervention : les Assemblées servent à redonner la parole aux gens et que si on décide pour les gens, si on les habitue à être spectateurs on dévie du fondamental.
  • Réponse : le but n'est pas de brimer la parole mais de lui donner un cadre pour que l'Assemblée ne soit un défilement de discours autocentrés.
  • Proposition : mettre des temps de parole libre entre les débats avec des thèmes et que les plages de discussion thématiques soient courtes.
  • Rappel : il faut être clairs par rapport aux signes : par exemple le signe opposition radicale veut dire qu'on a une contre-proposition à faire.
  • Intervention : D'accord pour la parole cathartique, mais il faut aussi penser à l'avenir. L'Assemblée est un lieu de lutte. Nécessité d'une parole libre qui aille dans une direction, qui creuse un sujet pour trouver du fond, de la consistance, constat qu'on manque de fond.

Assemblées de mercredi et jeudi[modifier | modifier le wikicode]


  • Proposition : faire un point jeudi sur l'actualité de la lutte ? Comment soutenir la lutte ? À quelles luttes Nuit Debout donne la priorité ?
  • Intervention : Faire un premier point demain soir.
Si on veut aider des blocages il faut savoir où auront lieu les blocages et en informer l'Assemblée demain soir.

Remarque : les initiateurs d'action de blocage ne désirent pas forcément signaler a priori les lieux de blocages, mais peuvent demander de l'aider après action de blocage.

  • Proposition : trois lignes de conduite que peut suivre Nuit Debout :
  1. Ligne médiatique : montrer qu'on soutient les personnes qui bloquent, dire qu'ils ne sont pas minoritaires mais que ce sont eux qui le font parce qu'ils sont seuls à pouvoir le faire parce qu'ils sont dans des secteurs stratégiques.
  2. Faire nos propres blocages
  3. Contacter les syndicats pour avoir les informations et les dire à l'Assemblée où chacun pourra décider ou non de rejoindre une action après la manifestation de jeudi.

Table ronde / Démocratie[modifier | modifier le wikicode]

  • Proposition : faire venir d'autres personnes qui ont vécu des mouvements de type occupation de l'espace public pour témoigner de leurs expériences et ouvrir une réflexion à partir de là.
  • Remarque (alors que des personnes assistent à la réunion sans y prendre part) : il est important d'intégrer les nouveaux arrivants qui se sont mis autour de la commission depuis le début.
  • Rappel : le morceau de tissus rouge que certains ont sur eux est un signe qui vient au départ des étudiants québecois pendant le mouvement d'érable en 2012, signe qu'ont repris les étudiants de Paris 8 et Nuit Debout, signe de la convergence des luttes et de la résistance contre la loi dite travail.
  • Exemples de mode de fonctionnement d'autres mouvements :
  1. À Madrid à l'époque des indignés : grande Assemblée Générale pour prendre contact qui se divisait en pleins de petites assemblées sur des thèmes précis.
  2. Dans les ZAD plusieurs systèmes expérimentés. Ce qui a marché le mieux ce sont les assemblées par lieux car liées à des points précis à résoudre. On n'abandonnait pas un point sans qu'il soit résolu.
  • Proposition : faire une table ronde avec des témoignages pour initier un débat, et de le faire avec des traducteurs.
  • Remarque : il y a déjà eu une tentative similaire début avril avec Loic Blondiau. Cela a été intéressant mais trop proche d'une conférence avec trop peu de débat.
  • Proposition : refaire intervenir Loic Blondiau et Van der Bruk, entre autres, qui seraient d'accord pour le faire, en laissant plus de place au débat.
  • Réponse : le faire un samedi ou un dimanche après-midi. Veiller à ce qu'il y ait plusieurs courants de pensée lors de cette table ronde.
  • Remarque : il serait plus intéressant d'inviter des gens qui ont vécu des mouvements similaires à Nuit Debout plutôt que des théoriciens, car ils pourraient témoigner et échanger sur leur cheminement.

Réponse : qu'il pourrait y avoir les deux dimensions : pratique et théorique.

  • Intervention (hors tour de parole ): au Sénégal un mouvement comme celui de Nuit Debout a fait partir un président (pour le remplacer par un autre président qui n'est pas mieux mais le mouvement continue).

Consensus : Proposer la table ronde en Assemblée. Consensus : travailler avec la commission Éducation Populaire à ce propos.

Décisions en Assemblée[modifier | modifier le wikicode]

  • Intervention : on constate que les Assemblées sont de moins en moins fréquentées.
  • Proposition : passer dans toutes les commissions pour se donner un rendez-vous, un soir précis pour discuter des modalités des assemblées pour qu'elles puissent prendre des décisions un peu reconnues.
  • Proposition : faire la différence entre assemblée populaire qui ont lieu chaque soir et les Assemblées Générales qui peuvent être plus décisionnaires.
  • Question : quelle est la définition de l'Assemblée Générale ?
  • Intervention : sur l'importance qu'il y ait chaque soir la possibilité d'une Assemblée Générale, que l'assemblée puisse être une AG selon la façon dont elle se déroule. Faut-il définir quand ç'en est une ou pas ?
  • Remarque : l'AG est une organisation alors que le mouvement est né d'un élan. Importance de garder l'élan, importance de garder l'Assemblée Populaire comme une possibilité de se rencontrer et de parler, les personnes qui n'ont pas l'habitude de prendre la parole ont besoin de ce moment pour pouvoir à un moment aller parler. L'AG serait plus une structuration, plus organisée autour de thèmes.
  • Remarque : les seules décisions qu'on peut prendre collectivement ce sont des décisions qui ont trait à ce qu'il y a à faire pour s'organiser collectivement, se mettre d'accord sur la façon de fonctionner collectivement. Il faut des rendez-vous. Ne pas avoir peur de l'échec, on tâtonne et les essais successifs permettent de voir ce qui fonctionne ou pas.
  • Remarque : à Nuit Debout il y a une peur de l'organisation.
  • Proposition de faire deux sortes d'assemblée :
  1. Les Assemblées Populaires d'expression libre
  2. Les Assemblées Générales plus organisées et décisionnaires
  • Remarque : à Nuit Debout avant qu'une proposition de structuration devienne effective il y a un temps long. Il faut expliquer aux personnes de l'Assemblée le pourquoi des nouvelles structurations proposées.
  • Remarque : il faut arrêter d'être obsédé par le nombre de gens présents sinon on va finir par organiser des matchs de foot pour qu'il y ait du monde. Ce qui est important c'est de garder le sens de ce pourquoi on est ici.
  • Remarque : il y a encore du monde, mais que ça se dilue, les gens ne sont pas forcément aux Assemblées, peuvent être dans des commissions ou autres.
  • Remarque : une différence entre Assemblée Populaire et Assemblée Générale peut cloisonner et faire qu'il y ait des assemblées à deux vitesses : celles où l'on parle et celles où l'on décide.
  • Question : qu'est-ce qui peut se décider en Assemblée ?

Réponse : il n'y a une seule chose qui s'est décidé depuis le début en assemblée : c'est la création d'un secrétariat de communication pour la communication du mouvement.

  • Remarque : il faudrait prendre des décisions par rapport aux caisses de récoltes de fonds en Assemblée.