Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1120 mars.




Villes/Paris/Education/CR/08 mai

De NuitDebout
< Villes‎ | Paris‎ | Education
Aller à : navigation, rechercher

Compte- rendu commission du 08/05/16[modifier | modifier le wikicode]

Achat du mégaphone : 60 euros, récolte argent auprès de tous

Les avancées des différents groupes de la commission :[modifier | modifier le wikicode]

Groupe livre blanc :[modifier | modifier le wikicode]

- Présentation de ce qu’ils ont mis en place, mais ne sont pas complètement satisfaits de la

forme, lien éventuel avec le cahier de doléances. Rédaction autour des thèmes évoqués mais

difficultés à transcrire les différentes idées relevées lors des comptes rendus des

commissions.

- Autre possibilité: présenter le livre blanc sous la forme d’un dictionnaire/encyclopédie , les

entrées seraient donc des mots clés et leur définition. Mais l’idée d’un abécédaire risque

d’être compliqué (difficultés à résumer en quelques lignes).

- Discussion à propos d’un des mots : « émancipation » : est-on tous d’accord pour dire que

nous souhaitons une école émancipatrice ? si oui, que mettons-nous exactement derrière ce

mot qui peut avoir une connotation « syndicale » ? Définir ce que serait le terme

émancipation : sens critique, remise en cause de la hiérarchie ? Cette idée ne fait pas

consensus si émancipation signifie s’affranchir de la hiérarchie (ex : des écoles

démocratiques dans lesquelles les enfants sont habitués à débattre, sont libres de

s’intéresser à ce qu’ils veulent, leur voix est équivalente à celle des adultes, les professeurs

sont nommés les « facilitateur s »).

- Pourquoi faire une opposition dans le livre blanc entre éduquer et instruire ? « instruire »

mot dépassé ? ancrage et héritage avec les pbs de l’école depuis un siècle, ces deux termes

sont au centre d’un vaste débat. Le terme instruction est très codé dans l’école, il révèle un

certain positionnement, instruire peut signifier se positionner contre l’émancipation. Ecole

repose sur un système qui reproduit l’enfermement. Il s’agirait de reprendre le terme

émancipation pour le repolitiser, s’inscrire dans des héritages tout en réactualisant les

questions. Emanciper : ne pas avoir peur d’utiliser, de nous réapproprier ce mot politique qui

renvoie au principe même de la pédagogie, de la justice sociale. S’émanciper cest s’affranchir

de tout enfermement ; or ,quels sont justement ces enfermements à l’école ?

- Avec le libre blanc, on démarre tout de suite sur l’école, or l’éducation ce n’est pas

seulement l’école.

- A quoi ser t le livre blanc ? quels objectifs lui donne-t- on ? (Question qui reste à débattre) ;

=> Finalement pas de propositions votées, report des questions sur la forme du libre blanc

lors de la prochaine commission. Proposition pour l’organisation de la prochaine

commission : voter directement après les propositions pour chaque groupe PUIS passer au

groupe suivant, car certaines personnes viennent et repartent sans avoir voté ni réellement

participé ; cela permettrait donc d’inclure davantage de gens.


Groupe témoignage :[modifier | modifier le wikicode]

le but de ce groupe est de sortir des formules abstraites et de recueillir des

témoignages des acteurs de l’éducation, positifs ou négatifs. Ce groupe a mis en place un mail puis

un questionnaire, directement en lien sur le site commission éduc. Demande que les différents

membres de la commission éducation fasse tourner ces infos ; demande volontaires pour faire des

vidéos des témoignages et les mettre sur le site. Appel si quelqu’un a les compétences pour réaliser

ces vidéos et a envie de se joindre au groupe.

Groupe monde des pédagogies : réunion deux fois par semaine, mercredi et samedi. Des personnes

qui pratiquent des pédagogies alternatives y sont invitées. Se connecter sur le site pour voir ce que

fait le groupe.



Groupe manifeste :[modifier | modifier le wikicode]

manifeste envoyé à Médiapart ce soir ; on ne sait pas encore s’ils nous mettront

à leur une. Proposition : créer une édition com éduc sur mediapart.

Groupe actions : journée de l’appel pour la journée debout en établissement ; évènement

initialement le 10 mai, mais finalement flexibilité agenda ; préférable pour les profs de le faire

collectivement dans son établissement, mais on peut même le faire individuellement. Formes peut

être très libres : mur d’expression, ateliers etc… Sur le site dans l’onglet « actions » voir le lien vers le

blog de Bernard Collot à l’origine du projet. Date du 10 mai peut être problématique car délai trop

court organisation + appel à la greve sncf. Cette action bien évidemment dans l’idéal devrait

s’étendre à l’ensemble de l’éducation, se généraliser mais pour l’instant ce n’est pas le cas, donc

c’est un moyen de mettre en lumière une pratique nouvelle.

Ex : un enseignant en lycée a demandé directement à ses eleves ce qu’ils aimeraient faire durant

cette journée, il a recueilli les propositions des élèves. Changer éventuellement le nom journée

debout . On pourrait nous reprocher et peut etre a juste titre de vouloir instrumentaliser les élèves . .

Action sera relayée par un évènement facebook.



Groupe coordination :[modifier | modifier le wikicode]

volonté d’une plus grande «  convergence des lutte s » : pour plus de visibilité,

groupe va se tenir plus au courant de ce que font les autres commissions afin de converger les

projets. Un débat sur les violences policières sera programmé, sûrement dimanche prochain sur la

place. Inviter les parents, les élèves victimes, etc.



Les deux thèmes du jour:[modifier | modifier le wikicode]

Emancipation :[modifier | modifier le wikicode]

Déjà évoqué en première partie. Sujet à débat, donc approfondissement.

- Animateur partage expérience : chantiers de jeunes, aident les jeunes à gérer le budget etc.

- Libérer les enfants de l’enfermement : réfléchir aux processus inhérents à l’école qui

empêchent les enfants de s’émanciper, à partir de là, proposer des contre-propositions pour

y remédier

 les programmes, un élément qui empêche l’émancipation. Note sur le mot en soi

 La compétition : arrêter totalement le système de compétition qui amène un rejet dans

 Avant cela ; changer la formation des enseignants car 800 000 personnes à L’Education

 Proposition : voir l’association Arborescence, en région parisienne. A développé des

« programme » et « discipline », vocabulaire typiquement français, qui déjà fait réfléchir.

Il s’agirait de « prendre l’école au mot » , trouver un autre vocabulaire.

la prise de parole (y compris chez les étudiants –témoignage d’une étudiante)

Nationale et elles ne connaissent pas forcément ce qu’est « l’école nouvelle »

réponses à ces différentes questions (système de cycles, autonomie des enfants,

empathie, les agoras etc.).

- Mais ces différentes méthodes éducatives alternatives on les connait, le pb est politique

- Nécessité de s’émanciper soi-même en tant que prof car bien souvent contraintes. Malgré

les classes et les programmes très chargé(e)s, saisir toujours une occasion de faire réfléchir,

de faire parler les élèves. Parfois mettre de côté le sacro saint « devoir de réserve », on peut

donner une opinion, si l’on précise que c’est la nôtre.

- Autorité : définir ce qu’on peut « se permettre de permettre » pour ne pas se faire

« bordéliser ». Mais ce « bordel » ne serait que transitoire, il faut l’accepter si on veut arriver

à une prise de parole différente de nos élèves

- Penser plus largement l’éducation ( =dans le système économique). Dans ce système qui est

le nôtre, il faut qu’il y ait des ratés, des « winners »et des « loosers », tout est fait pour que

cela perdure. Avec le système de notation, on crée des humiliés. Certains « loosers » s’en

sortent, d’autres se marginalisent. Ecole basée sur une notion clé de notre système : la

compétitivité



Les contenus/la pratique de l’enseignement :[modifier | modifier le wikicode]

- Pas de professionnalisation, dévalorisation du professeur. Statut de vacataire pour certains

enseignants. On ne veut pas qu’ils restent, on veut que ce soit des gens de passages même

lorsque ces personnes sont passionnées.

- Ne pas limiter l’éducation à l’école : rôle décisif des animateurs. Proposition : enseignants

devaient suivre obligatoirement formation animateur

- Rupture dans les différentes étapes de la scolarisation (maternelle/école primaire /collège) le

jeu disparait trop vite, ce qui crée de « l’agitation » dans la classe, car les enfants ont encore

besoin de jouer et cette place du jeu est extrêmement réduite.

 Problème de cohérence entre l’enseignement et le développement de l’enfant alors que

- Proposition : partager les pratiques entre enseignants /animateurs/étudiant

- Plus de « pratiques » en classe : mais qu’entend-on par-là ? Définir ce mot. Pratique au sens

d’enseignement manuels par exemple. (Ex : en Finlande, les enfants ont des cours de

bricolage, cuisine, etc. En France, c’est très peu le cas dans l’enseignement public, les SEGPA

par exemple ont des cours de cuisine). Mais l’enfant passe aussi à la « pratique » quand il

dessine un triangle en cours de mathématiques.

- Idée de raccrocher davantage les enseignements au sens, à la vie. Il ne s’agit pas de négliger

l’abstraction que l’on apprend avec certaines matières, ou d’aboutir à un enseignement

purement utilitariste, mais de veiller à expliquer POURQUOI on apprend telle ou telle chose.

- Distribution en fin de commission d’un fascicule sur un évènement qui aura lieu le 3, 4 et 5

juin prochain, « rencontres internationales : la force de la réciprocité et de la coopération

pour apprendre » à Evry.

les enseignants « spécialisés handicap » reçoivent cette formation. Mais pas les autres.