Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1053 mars.




Villes/Paris/Education/CR/10 avril

De NuitDebout
< Villes‎ | Paris‎ | Education
Aller à : navigation, rechercher

Compte rendu du 10 avril 2016[modifier | modifier le wikicode]

Suggestions pour la prochaine fois[modifier | modifier le wikicode]

- Commencer par un récapitulatif de la dernière réunion pour assurer la continuité avec les nouveaux-elles arrivant-es.

- Marquer l'ordre du jour sur une grande feuille, et la liste des intervenant-es sur un tableau blanc.

Communication interne[modifier | modifier le wikicode]

- La commission s'est dotée d'un email : nuitdebouteduc@laposte.net

- Une page Facebook : https://www.facebook.com/Nuit-Debout-%C3%89duc-975816055837008/?notif_t=page_fan&notif_id=1460298902062289

- Un compte twitter : @nuitdebouteduc

- Un compte framasphere (réseau libre, déconcentré, non surveillé et qui ne revend pas les données personnelles) Nuit Debout Educ

Une liste de diffusion a été créée pour faciliter les échanges. Pour s'y inscrire, il suffit d'envoyer un email à l'adresse indiquée ci-dessus ?

Bérengère, Jérôme, Paul-Arthur assurent pour le moment l'administration des ces réseaux et moyens de communication.

Il n'y a pas de logo et de visuel, et on ne va pas perdre de temps à disctuter de cela maintenant >>> voir si quelqu'un veut proposer quelque chose.

Il faut se coordonner avec la commission Education populaire et Sciences Debout. Des personnes sont allées les voir pour parler de nos projets, à formaliser. ==> Augustin a échangé avec la commission éducation populaire, qui n'est pas ouverte à une approche participative de la prise de parole (telle qu'elle a été pratiquée lors de la commission éducation) dans leur espace. De plus, la rédaction d'un manifeste sur l'éducation leur semblé incompatible avec leur principe : la pure transmission du savoir suivant la forme d'une université populaire.

TV Debout[modifier | modifier le wikicode]

TV Debout propose le tournage d'une émission sur des thèmes de notre choix. La discussion s'ouvre sur le format : il ne faut pas reproduire ceux des émissions de télé habituelles, on pourrait parler d'éducation aux médias, à la démocratie. Pour d'autres, il faut se concentrer sur le sujet de la commission, l'éducation. La discussion aborde déjà des points du thème suivant (rédaction d'un manifeste), on les a donc mis ci-dessous. Aucune décision n’est finalement prise sur TVdebout en fin de séance.


Manifeste[modifier | modifier le wikicode]

- Un texte sur l'éducation doit aborder en préambule la question des inégalités, des responsabilités de l'Etat, donc aussi la question des moyens : critique des politiques d'austérité, rappel que l'argent, il y en a (Panama), rappel des inégalités d'investissement. Faire attention cependant à ne pas tout rabattre sur les inégalités territoriales : il peut aussi y avoir des inégalités et des pbs dans des zones riches. Les inégalités doivent être définies concrètement, sinon cela manque d’intérêt.

- Ne pas hésiter à être radical : changer de ministère, une école de 2 ans à la recherche d'un emploi (ou pas), laïque, obligatoire.

- Aborder la formation des enseignant-es et des adultes : un éducateur spécialisé témoigne qu'il a été prof, et que ce n'est qu'en changeant de carrière qu'il a eu une réelle formation qui permettait un bon contact avec les jeunes ; un autre intervenant s'étonne qu'il n'y ait pas d'éducateur spécialisé en guise de surveillant-es.

- Discussion sur le modèle nordique : est-il exemplaire ou non ?

- Il faut aussi interroger l'ensemble du système : la logique de la classe, de l'enfermement des élèves, des types restreints d'intelligence sollicités (pas celle du corps, pas celle artistique, etc.), des assignations à rester assis-es, se taire, etc. Tout ceci est à repenser. Cette remise en cause fondamendale doit être aussi articulée avec des propositions d'amélioration au sein du système même, car il y a des urgences (nombreux témoignages dans le 93 ou dans une école toute proche),, des actions en cours, des besoins de soutien. Il faut penser et assumer cette apparente contradiction (critiquer le système ET faire des propositions à court terme dans le système existant) pour en faire une force, et non une faiblesse.

=> il existe de nombreuses propositions alternatives au mode éducatif actuel qui donnent déjà des résultats éprouvés (constructivisme, Montessori, etc.). Engager le dialogue avec ces porteurs de projets pour faire converger les luttes.

- remarque sur le fait que la manifeste ne doit pas être déconnecté du reste de Nuitdebout : il faut travailler à la convergence des luttes. Le préambule du manifeste devrait faire le lien avec Nuitdbebout et ses revendications.

- Poser les objectifs attendus de l'éducation : formation à un métier ? De citoyen-nes ? A l'esprit critique (dans tous ses aspects, par exemple critique de la science « On peut avoir le bac et ne pas être armé-e scientifiquement contre les discours climato-sceptiques »). L’épanouissement personnel et l’émancipation sont également évoqués. Un intervenant trouve qu'il serait plus judicieux de ne pas assigner d'objectifs à l'éducation nationale, de laisser chacun-e l'investir.

- Quelles sont les limites de notre texte ? Il faut penser à la place des parents, à l'éducation populaire (rappel : on essaie de faire le lien avec la commission concernée), l'animation, etc.

- Citation du jour : « un gamin qui ne peut pas chier de la journée ne pourra pas se concentrer en classe ». Cette phrase résume l'impasse à penser une opposition entre débats sur les moyens et débats sur la pédagogie, débats sur une critique radicale et 'à long terme' et urgence de 'court terme'. Essayons donc de coordonner les deux.

- Demander une plus grande présence des enseignements autour du corps (EPS ou autre), de l'art (éveil à l'expression personnelle, etc.) et de la technique / technologie / manuel.

- Poser la question des notes et de l'évaluation.

- Poser la question d'un système sous surveillance : en Italie, témoigne une intervenante qui vient de ce pays, il n'y a pas de pion dans les établissements.

- Poser aussi la question de la laïcité, elle fait débat, mais ces débats ne doivent pas servir à stigmatiser des populations entières, ni à dissimuler les causes réelles des inégalités sociales et des problèmes de l'école.

- débat sur la question de la neutralité : proposition pour faire de l’école un endroit où tout le monde peut tout dire, et non pas un endroit où personne ne peut donner son avis. Mais tout le monde n’est pas d’accord, certains sont attachés à une certaine neutralité, car l’enseignant-e doit surtout être là pour faire vivre le débat.

- Problème de l'orientation et des discriminations qu'elle suscite : la classe de seconde est-elle utile ? Comment lutter contre la reproduction sociale ? Les parcours genrés de l'orientation ?

- S'interroger sur la place croissante des techniques (exemple de tablettes distribuées dans un collège : quels risques pour la relation pédagogique), de leur juste place, mais aussi de la privatisation de l'éducation nationale (partenariat public-privé, accord du ministère avec Microsoft sans appel d'offres, etc.)

- Renommer l'éducation nationale en ‘éveil universel’ contre le formatage éducatif, et les enseignant-es des éveillant-es. Autre proposition, enlever le « nationale » d’Education nationale, pour ne garder que « le ministère de l’éducation. »

- Proposer des formations d'un an à certains moments de la carrière, notamment quand on commence à se lasser, afin de faciliter les réorientations, les découvertes, se renouveler en tant que profs.

- Ne pas oublier la thématique disciplinaire : le français, en tant que matière transversale, est discriminant socialement si on ne le maîtrise pas.

- Remettre en cause la « morale » citoyenne telle qu'elle se développe depuis un an. « J'ai refusé de faire la 'morale' telle qu'on nous a demandé de le faire après les attentats contre Charlie, en promettant à nos élèves que la République est égale pour tous. Je le ferai quand la République les traitera sur un pied d'égalité ». L'EMC (Education morale et civique) mise en place est à déconstruire.

- Exiger un seuil d'élèves 20 au maximum ? 18 dans les zones pauvres ? 12 ? Sur cette question des seuils, l’objectif n’est pas non plus de tendre vers le plus petit groupe possible : en effet, cela tend à l’individualisme, alors que la place du collectif doit rester importante dans l’éducation.

- Remettre en cause la notion de classe, le fait que le passage se fasse alors que des compétences qui ne seront plus vues ne sont pas acquises ?

- il faudrait être capable de commencer par susciter le questionnement dans le cours pour intéresser les élèves, en adoptant une posture de recherche.

- encourager / développer le contact à la nature et à l’environnement dans l’éducation.

- pour permettre de changer l’éducation nationale, il faut remettre en cause la hiérarchie de l’éducation nationale, et changer aussi les mentalités des profs.

- pour plus de porosité entre le monde professionnel et les expériences professionnelles et le monde enseignant, afin de donner du sens aux apprentissages.

- pour une formation des parents, et une redéfinition du lien prof/parents.

- il faut parler de l’animation.

- le métier de prof doit être revalorisé pour favoriser l’investissement des enseignants dans leur travail.

- pour plus d’analyse de pratique

- pour repenser l’éducation au genre et l’éducation sexuelle.

- contre le jargon de l’éduc nat.

- pour le développement de « matières de vie » enseignées à l’école. « à 40 ans, je demande toujours à mon père de faire la plomberie chez moi », ce qui est un problème.

- dénoncer les métiers précaires dans l’EN qui participent à l’échec scolaire.

- soutien aux agents techniques de l’Education nationale

Actions[modifier | modifier le wikicode]

Faire un journal en ligne par sujet abordé par la commission.

Recueillir la parole des élèves dans le cadre des réflexions Nuitdebout.

A St-Denis : Faire qq chose devant le lycée de la légion d’honneur, aurait du sens, c’est un symbole fort de la responsabilité de l’Etat dans la reproduction des inégalités. Ce lycée est un lycée non mixte, de filles, surdoté par rapport aux établissements autour. Nous pourrions nous joindre aux actions prévues le mercredi 13 avril par le collectif des bonnêts d’âne : à 8h30 rdv devant la basilique ; sinon, RDV piquenique à 12h devant la mairie. suivi par une chasse aux remplacements, pour dénoncer les non-remplacements des profs dans le 1er degré.

Le même jour, actions à Aubervilliers. Nuit debout à Aubervilliers samedi prochain. Une école non loin de République (retrouver le nom) ferme une classe, Nuitdebout pourrait apporter son soutien à cette école.

On pourrait accueillir les parents et enfants place de la République pour des ateliers + pratique artistiques (théâtre par exemple) Inviter les lycéens des lycées bloqués

On pourrait refuser de corriger le brevet et le bac.

Le poids des sacs est un gros problème, il faudrait que les profs portent le poids des sacs des élèves pour se rendre compte. Il y a une responsabilité des profs là-dessus, les manuels devraient être gardés en classe.

Intervention d’une enseignante en lycée pro à Issy-les-Moulineaux qui dénonce la fermeture d’une filière qui fonctionne bien depuis 20 ans, et qui compte 140 élèves.

Une représentante de l’association « l’école dans la rue » propose qu’on agisse contre la mairie de Saint-Denis, qui ne s’occupe pas des enfants Roms descolarisés, sous prétexte que c’est difficile.

Aller voir les élèves et leur demander leur avis sur l’école, et sur ce qu’ils souhaiteraient comme école, en réponse au sondage commandé par l’institution l’année dernière et réalisé par Opinion way sur le ressenti des élèves à l’école (90% s’ennuieraient).

Fin de la réunion[modifier | modifier le wikicode]

Bérengère s’occupe de faire la restitution en AG

1. Nous faisons un manifeste

2. Nous appelons à participer à l’action à St Denis mercredi, ainsi qu’à la nuitdebout de saint denis mercredi soir

3. La prochaine commission éduc se réunira jeudi à 18h30.