Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1117 mars.




Villes/Paris/Education/CR/11 mai

De NuitDebout
< Villes‎ | Paris‎ | Education
Aller à : navigation, rechercher

Compte rendu de la commission éducation du 11/05/16[modifier | modifier le wikicode]

Groupe Manifeste[modifier | modifier le wikicode]

La publication du manifeste a été décidée lors de la dernière AG. Il a été publié hier sur Médiapart. Il a rappelé que cette publication est un point de départ et non une finalité. Publication également sur Politis et Le café pédagogique.


Une question intervient : « comment être sûr que les pédagogies émancipatrices le sont bien ? ». Elle sera traitée lors de la deuxième partie.


Groupe Livre Blanc[modifier | modifier le wikicode]

Un sommaire est proposé. Celui-ci reprend les grands thèmes qui ont été abordés lors des différentes AG de la commission éducation. Ce sommaire est adopté.


L’idée de l’abécédaire n’est pas retenue mais on s’attachera à définir les termes importants au moment de leur utilisation.



Intervention sur le rôle de l’école. (le bilan des différents groupes est suspendu et sera repris plus tard) Les idées principales de chaque intervention sont retranscrites ici.


  • il y a un besoin de croissance et d’innovation à développer à travers l’école
  • la mission première de l’école est de s’occuper des enfants
  • le problème ne vient pas de l’efficacité mais de qui la fait
  • l’enfant a besoin d’aller vers la voie où il s’épanouit
  • il est indispensable de penser aux choses établies avant de pouvoir les déconstruire
  • il faut se demander ce que l’on veut comme individu, ce qu’on veut leur donner
  • l’école se positionne dans un contexte politico-social à questionner

La gestion de la société fait des individus uniquement utiles Il faut recréer une forme de sensibilité perdue chez l’enfant

  • le système actuel est destructeur et basé sur la compétition

➔ Recommandation d’un film : « être et devenir »



Groupe Monde des pédagogies[modifier | modifier le wikicode]

Présentations des dernières interventions (Freinet, Institutionnelle…) Samedi 14/05/16 à 15h : intervention du GFEN (Groupe Français d’Education Nouvelle)


Proposition d’un nouveau groupe de travail « Fiche de lecture » En création


Groupe Témoignages[modifier | modifier le wikicode]

Recueil d’expériences de tous horizons : parents, professeurs, élèves etc Un appel est passé ainsi qu’un tract distribué pour trouver plus de témoins. Dimanche 15/05/16 : des témoignages seront filmés


Groupe journée debout[modifier | modifier le wikicode]

Présentation de l’action : prendre un moment dans sa classe où l’on casserait les barrières auxquelles on se confronte. C’est un moment d’émancipation. Il faudrait le faire le plus collectivement possible dans son établissement. L’action dure tout le mois de mai mais possibilité de le faire après. Un événement Facebook a été crée. Enfin il est important de penser à faire un retour suite à cette journée avec ses élèves ainsi qu’en AG.


Choix de l’ordre du jour[modifier | modifier le wikicode]

Voici les choix possibles. Nous avons choisi 2 thèmes en votant.


- Faut-il apprendre à coder ? 10 votes - En quoi les pédagogies émancipatrices le sont-elles ? 15 - Autonomie 19 - Chèque éducation 4 - Ecole privée, toutes cathos ! 0 - Ecole et formation du citoyen 9 - Enseignement de l’histoire coloniale 8 - Apprentissage des langues multilinguistiques 3 - Rythmes 11 - Education et objectif professionnel 9


Les deux thèmes retenus sont donc « Autonomie» et « En quoi les pédagogies émancipatrices le sont elles ? »


Autonomie[modifier | modifier le wikicode]

  • L’autonomie est une demande du capitalisme.
  • L’autonomie ne se conçoit pas de manière absolue.
  • L’autonomie est le contenue réel du mot émancipé. Cela signifie suivre ses propres règles. Ainsi les taches de l’école permettraient de se libérer de ses contraintes et s’oppose à l’autarcie.
  • Il faut différencier différents niveaux d’autonomie : on peut l’être sur une chose et pas une autre et à différents domaines
  • Il faut différencier autonomie et individualisme. L’enfant a besoin de clés pour faire les choses seul.
  • L’autonomie est un objectif en maternelle. Il n’y a pas de terme autre pour dire que l’enfant est un individu et se détache de l’adulte
  • Cela ne correspond pas à travailler seul dans son coin. Ce n’est pas une évidence à l’école.
  • Que l’enfant fasse seul ce que la société attend de lui n’est pas de l’autonomie. C’est une illusion car on est toujours tenu par quelque chose
  • Qu’un élève soit dit autonome est une remarque positive, il n’y a pas de relation de dépendance. Il peut être autonome en posant des questions, aidant les autres élèves …
  • L’autonomie se construit. Cela demande une maîtrise de ses émotions et d’avoir accès à certaines ressources et à celles des autres. L’enfant a besoin d’être apaisé et calme pour avoir accès à ce que l’extérieur peut nous apprendre.

Il faut différencier autonomie humaine et économique qui consiste à scinder différents espaces pour mieux les maîtriser. C’est à ce niveau uniquement qu’on peut assimiler l’autonomie au capitalisme.

  • Il est nécessaire de bien définir ce mot. Si on regarde son étymologie, on parle d’une indépendance de règles. Il faut les faire soi même. Ce terme est en opposition avec l’autarcie, la solitude.
  • Il ne faut pas oublier la dimension du handicap. La même autonomie n’est pas possible pour certaines taches. Le système scolaire se pose la question d’une éducation en vue du travail ou abandonne-t-il ?
  • Le sens du mot est « se donner sa propre loi ». On ne peut se la donner seul. C’est un idéal vers quoi on tend. Il faut créer un chemin personnel de développement et de joie de vivre.

Dolto : l’enfant est capable d’autonomie très jeune A.S. Neill Les enfants de Summerhill : l’enfant choisit son rythme et prend le temps de choisir ce qu’il veut

  • Intervention sur la pédagogie inversée : on donne un savoir aux élèves qu’ils consultent, les enfants viennent alors avec des questions et la leçon tourne autour de ces questions
  • Il est important de ne pas être esclave de ses émotions, d’aller vers l’autre

Dans la philosophie classique, on ne l’appelle pas autonomie mais joie ou liberté ou sagesse. On accepte ainsi de ne pas être tout puissant. L’autonomie n’est pas le mot qui convient

  • L’émergence des technologies amène une perte de l’autonomie. On apprend à utiliser et non à comprendre
  • Il faut différencier les termes d’autonomie et d’indépendance. L’autonomie permet de se détacher de sa dépendance.

L’autonomie peut être adaptée en fonction du handicap. On prend en compte sa dépendance

  • Avis contre la pédagogie inversée : un savoir se construit et ne se donne pas tout fait
  • L’école maternelle permet une émancipation de la famille et est à valoriser.
  • L’éducation est un rapport de pouvoir. Quel pouvoir a l’enseignant ? les élèves ?

L’autonomie est la clé d’entrée dans cette question. Différent de la désolidarisation


En quoi les pédagogies émancipatrices le sont elles ?[modifier | modifier le wikicode]

  • Il faut tout d’abord définir « émancipateur ». Cela correspond à sortir de la main du maître. C’est un paradoxe, car la pédagogie correspond à la relation entre le maître et l’élève.

Cette pédagogie devrait amener l’élève à ne plus avoir besoin du maître.

  • La maîtrise de l’outil pédagogique est importante. Une même pédagogie peut être traitée différemment par plusieurs enseignants
  • Pédagogie Steiner : tous les enfants naissent artistes, il faut ainsi les développer

L’émancipation des enfants vient du fait que le professeur s’émancipe dans sa pédagogie. Il faut apprendre à évoluer, à développer différentes choses en restant soi même. On enseigne ce que l’on est L’autorité doit être véhiculée mais bienveillante et sensée

  • Dans les pédagogies alternatives, le dispositif est construit pour que l’élève se heurte à ses erreurs.

La liberté donnée est ainsi uniquement un guidage masqué.

  • Le conseil d’élève peut être apparenté à un tribunal et paraître très moralisateur
  • Les parents doivent être un peu méchants pour motiver un certain instinct de révolte chez l’enfant. Il faut ainsi jouer sur la subversion du pouvoir et ne pas l’ignorer.
  • L’engagement affectif de l’enfant est très important, c’est ce qui fait qu’il peut avoir confiance.
  • La pédagogie émancipatrice est très attachée à la loi malgré un aspect libertaire
  • La méchanceté entraîne une réaction affective immédiate non maîtrisée. On ne travaille pas sur l’autonomie de cette façon.
  • L’école peut être comparée à une usine. Que ce soit le formatage des horaires, la cloche etc.

La maïeutique paraît intéressante ainsi, l’élève doit chercher lui-même ses solutions Le maître doit être au milieu et pas plus haut, tant physiquement que symboliquement Il faut enfin plus de travail de groupe à l’école

  • Il faut bien séparer l’éducation et le monde du travail. On peut ainsi se demander à quoi sert l’école.
  • On peut séparer les professeurs entre ceux qui utilisent les nouvelles méthodes pédagogiques et ceux qui utilisent les méthodes « traditionnelles »
  • Il n’existe pas de relation binaire entre les deux. Le professeur essayant de nouvelles méthodes conserve l’autorité sur sa classe
  • Le cour magistral est maintenant mal vu par l’inspection

Lorsque l’on laisse les élèves choisir les règles de la classe, celles-ci sont très dures. Ils ont besoin de règles fortes.

  • Les règles ne sont pas innées mais ont été apprises. Les élèves reproduisent ce qu’ils ont vu ou vécu
  • L’éducation est faite de 3 acteurs : les enfants, les professeurs et les parents. Il faut ainsi qu’il y ait une coopération entre les différents acteurs, les parents ne doivent pas être mis de côté
  • Les élèves ont parfois du mal à comprendre l’intérêt des règles
  • Il faut bien différencier le nombre de contraintes et la capacité à les respecter. Il vaut mieux moins de règles mais qu’elles soient bien assimilées et respectées
  • Les élèves se saisissent assez vite des règles qu’ils mettent en place.

La pédagogie traditionnelle est toujours très présente et demandée par l’inspection

  • L’Ecole reproduit les inégalités. Il faut une place plus importante à l’éducation populaire
  • Les pédagogies alternatives restent encore largement minoritaires
  • Ne pas confondre règle et feedback négatif
  • L’Ecole reproduit les inégalités. Au sein même de l’école on observe de nombreuses inégalités entre le personnel de service, les professeurs, l’inspection, les contrats précaires …

Les enfants voient ses inégalités en permanence