Bienvenue sur le wiki de Nuit debout, nous sommes le 1121 mars.




Villes/Paris/Education/CR/30 avril

De NuitDebout
< Villes‎ | Paris‎ | Education
Aller à : navigation, rechercher

Compte-rendu de la réunion de la commission éducation du 30 avril 2016[modifier | modifier le wikicode]

Points-technique :[modifier | modifier le wikicode]

  1. Présentation de chaque personne présente (beaucoup de profs/de militants syndicaux)
  2. Compte-rendu de l'AG du 29/04 à la bourse du travail

Environ 30 personnes du premier et du second degré Objectif : comment construire la mobilisation du personnel de l'éducation / comment construire la grève de notre secteur > appel lancé par les enseignants / ouvert à signature enseignants et personnels Manifestation – cortège du 3 mai Grève reconductible à partir du 10 mai Page facebook « Personnels de l'éducation debout »


Débat : convergence entre syndicats et Nuit debout – fusion Nuit debout/organisation syndicale[modifier | modifier le wikicode]

Erreur de méthode : appel qui vient des syndicats / faire la réunion dans la bourse du travail « entre connaissances » (? sur la place, avec tout le monde). La convergence avec les syndicats doit se faire sur les lieux de travail Il faut délocaliser le débat/Nuit debout sur les lieux de travail, puis, relocaliser sur la place Pb convergence avec les syndicats : l'éducation n'appartient pas aux profs Sortir un appel qui vienne de la commission éducation Nuit debout / se faire entendre au-delà des syndicats Comment coordonner tous ceux qui veulent saisir l'occasion : Nuit debout, syndicats, mobilisations.. ? Remarque d'une prof des écoles (pas beaucoup de personnel dans son école) : comment se structurer au-delà du lieu de travail pour faire nombre? entre école d'un même arrondissement ou regroupement d'arrondissements ?


Comptes-rendus des groupes :[modifier | modifier le wikicode]

Monde des pédagogies : retour sur l'intervention sur la pédagogie FRENET : très intéressant mais plusieurs personnes ayant assisté ont trouvé l'intervention trop scolastique, elles attendaient une parole plus libre, du débat. Déception sur la forme. Rappel : mercredi, 19h > intervention sur la pédagogie institutionnelle Samedi 16h > intervention d'un membre de la GFEN


Actions : lien avec action du 10 MAI/journée debout[modifier | modifier le wikicode]

Bernard Collot a proposé l'organisation d'une journée de libre-activité, de libre-initiative le 10 mai dans les écoles. Rédaction d'un texte de présentation, avec définition du terme « journée debout » (dépolitisée). Appel à contribution (idées, propositions) sur le blog « journée debout » ou sur le site (groupe comeduc > rajouter un lien clair vers le blog) Question : y a-t-il des équipes pédagogiques partantes ? est-il possible de les recenser ? (non, pas pour le moment). Lycée debout : projet de lycéens d'occupation de leur lycée une nuit (s'informer pour entrer en contact ?)

Date 10 mai-journée debout > le 10 mai est aussi une journée de grève > ce n'est pas en contradiction, cela permet d'exporter les réflexions de Nuit debout dans les écoles/lieux de travail > possibilités de discussion >proposition de grève active > se déclarer gréviste et aller à l'école > rencontrer les élèves, parents d'élèves, prendre l'occasion ?


Groupe manifeste court[modifier | modifier le wikicode]

Premier jet proposé lors d'une réunion ce jour (30/04) > amendements. L'idée est de diffuser ce texte dans les lieux de l'éducation et de venir en débattre sur la place Nuit debout. Proposition : demander de l'aide aux syndicats pour la diffusion et reproduction du texte ? refusée > problème de méthode : il s'agit du manifeste de la commission éducation. Calendrier des échéances pour l'envoi dans les lieux de l'éducation/à un grand média Urgence : il faudrait le faire rapidement afin de surfer sur la vague de mobilisations/rentrée Vote pour valider le texte définitif à la prochaine réunion de la commission éducation. Une femme membre de la GFEN propose de rajouter dans le manifeste l'idée d' « éducabilité de tous les enfants »


Groupe livre blanc[modifier | modifier le wikicode]

Réunion mercredi à 14h30


Groupe témoignage[modifier | modifier le wikicode]

Proposition : appel via youtube de vidéos de témoignages de profs, élèves, parents… Recueillir des témoignages lors de la journée debout (10mai)


Groupe coordination > pas de membres[modifier | modifier le wikicode]

La réunion de la commission éducation n'apparaît pas sur la gazette Nuit debout (programme de la journée)

Proposition de groupe : «écriture d'une charte de morale urbaine » : rediscuter la laïcité depuis le monde urbain. Organiser 3 débats :

  1. Peut-on définir un mode de vie urbain ?
  2. Y a-t-il une morale spécifique au mode de vie urbain ?
  3. En quoi une morale urbaine pourrait permettre de redéfinir la morale classique ?

Contre-proposition : discuter le « thème de la morale dans l'éducation » ou bien faire un groupe « culture urbaine/éducation »

Deux point sont votés : « Éducation et hiérarchie » et « Tous capables ».

Tous capables[modifier | modifier le wikicode]

- Il en ressort que tous les enfants ont des dispositions spontanées pour apprendre. Il paraît ainsi nécessaire de revendiquer le droit à une éducation sans concurrence. Le choix des apprentissages devraient ainsi appartenir à l'élève.

- L'éducation nationale est loin de considérer les élèves comme tous capables. Se pose alors un problème d'égalité. Face à cela, nous refusons le tri, la concurrence. Il convient de casser les déterminations liées au genre ou encore à l'origine sociale.

- En dehors des matières dites « importantes » telles que le francais ou les maths, le système scolaire ne développe pas les capacités des élèves. Il faudrait mettre en place des dispositifs qui viseraient à développer les capacités de chacun.

- Il faut rétablir le rapport entre les élèves mais pas seulement. Le lien entre le professeur et les élèves est également à travailler. Il revient que des dispositifs concrets sont nécessaires pour cela.

- On note une forte opposition entre le cour magistral et les méthodes alternatives telle que la pédagogie Freinet.

- Un problème important se pose : les métiers sont formés en dehors de l'école et en sont ainsi complètement déconnectés. Il n'existe pas de discussion interne au sein de l'école sur la définition des métiers. Il conviendrait donc d'opter pour la création de métiers à l'école. Une solution proposée serait également de mélanger les ages pour les apprentissages. Un mélange générationnel en fonction des besoins de chacun.

- Le fait que des choses plus pratiques sont nécessaires revient. Un exemple : les livrets à remplir ne pourraient l'être qu'en fonction des réussites pour ainsi mettre plus en avant ce dont les élèves sont capables

- Il faut différencier le savoir-faire et savoir-être. L'élève n'a pas uniquement besoin de savoir-faire faire mais également de savoir-être, notamment être avec lui-même.

- Il parait également important d'instaurer une solidarité entre les élèves. Il est intéressant de mettre en place une réflexion collective entre les élèves pour faire émerger des représentations et des questions et ne pas leur donner des questions toutes faites auxquelles ils doivent répondre.

- Les techniques sont importantes, mais pas que. Comme ce qui se fait dans la méthode Freinet, l'élève a besoin d'émancipation.

? Les avis divergent sur ce point : les idées sont importantes mais cela passe forcément par la pratique.

-Dans le but de valoriser l'élève, il est important de dédramatise l'erreur. Il faut convaincre les élèves qu'ils sont capables.

- Pour cela la présentation de l'apprentissage est importante. Une même notion est perçue différemment selon la façon dont elle est présentée.


Education et hiérarchie[modifier | modifier le wikicode]

- L'échange est fréquent entre collègues professeurs mais très rarement avec les chefs d'établissement (pour le secondaire) et encore moins avec l'inspecteur.

- Pour prétendre à une école émancipatrice, il est indispensable que le professeur soi lui-même émancipé. Un recul sur sa propre pratique est ainsi nécessaire. L'idée de la suppression de la hiérarchie apparaît.

- Dans cette optique, on rappelle que l'inspection n'est pas obligatoire, il suffit de la refuser. Pour cela, il faut le déclarer en début d'année, collectivement de préférence. Une formation par les pairs est bien plus adaptée.

- Le besoin d'avoir une réflexion sur son métier, sur sa pratique apparaît.

- Une précision est apportée pour l'inspection : elle n'est pas obligatoire, mais uniquement pour les titulaires. Ainsi tout le monde ne peut pas la refuser.

- Chaque professeur a sa manière d'enseigner et il n'existe pas une seule et unique solution détenue par l'inspecteur.

- La présence d'un inspecteur bienveillant serait acceptée mais bien souvent cette personne vient uniquement vérifier un cahier des charges préétabli. Un autre problème : les inspecteurs sont bien souvent juste de passage et n'ont pas de réel attachement à leur circonscription.

- Il serait intéressant d'inviter des chefs d'établissement, des inspecteurs à une commission.

- La différence entre école et collège est mise en avant. Au collège, le supérieur hiérarchique est toujours sur place. L'autogestion est ainsi plus difficile à mettre en place. On observe souvent des provocations voire des intimidations de la part de la hiérarchie.

- Le mode de fonctionnement des chefs d'établissement a-t-il évolué ? Oui, notamment avec la mise en place de « bonnes » pratiques à suivre. On observe souvent un éparpillement des collègues : en montant les professeurs de différentes disciplines les uns contre les autres, en les rencontrant individuellement uniquement… On voit ainsi disparaître les assemblées entre professeurs qui seraient « trop difficiles à gérer ». Le pouvoir des chefs d'établissement est en outre accru ce qui amène des décisions telles que la répartition des services, la conservation ou non des travailleurs précaires…

- De plus, suite à la réforme du collège, le rôle des chefs d'établissement devient plus important. Ils pourront choisir les disciplines enseignées dans leur établissement et donc ainsi choisir leurs professeurs.